samedi 15 septembre 2018

Et le reste du houmous?....

Dans le dernier article, il était question de Houmous que j'avais tartiné dans ma cuisine. 

Sachant que j'étais seule à la maison ces jours là, j'ai beau bien manger, il en est resté.

Sur une bonne idée de Mamina, je l'ai utilisé dans une tarte....c'est pratique les tartes....on peut y recycler plein de trucs.

Comme on est encore en été, ce sont des courgettes et des tomates cerises qui ont complété mon reste de houmous. 

Pour les tomates, elles ont été préalablement rôties au four. J'ai déjà du le dire, mais en été, j'ai l'habitude de faire de grandes plaques de tomates rôties, et elles servent pour plusieurs repas. Avec é ou 3 autres trucs....


La pâte est d'après une recette de Marie Chioca, trouvée dans son livre "La cuisine bio du quotidien". Comme dans d'autres livres, ou sur le net, je lui avais déjà emprunté une recette de pâte à tarte au vin blanc, j'ai récidivé ici, en remplacement de l'eau.

La recette:

  • 300g de farine de blé T110
  • 15cl de vin blanc
  • 5c à s d'huile d'olive
  • 1 pincée de sel
  • 3 petites courgettes
  • 1 oignon
  • 1 peu d'huile d'olive
  • tomates cerises rôties à volonté
  • un petit bol de houmous
  • un morceau de pécorino
  • sel, poivre
Mélanger la farine et le sel, ajouter le vin et l'huile et pétrir fermement mais rapidement.

Foncer un plat à tarte avec la pâte et garder au froid. (Il peut rester de la pâte, la quantité est prévue pour une tourte.....vous inventerez une recette avec le reste...)

Emincer à la mandoline les courgettes lavées et l'oignon épluché et faire revenir rapidement dans un peu d'huile d'olive. Ils doivent rester un peu croquants car ils cuiront encore un peu.

Sur le fond de tarte, étaler le houmous, répartir les lamelles de courgettes et oignon, ajouter quelques tomates cerises rôties et quelques lamelles de pécorino.

Un peu de sel et de poivre, une lichette d'huile d'olive et cuire environ 20 minutes au four préchauffé à 200°.


Elle peut se manger chaude ou à peine tiède.....sur les photos, j'avoue qu'elle est complètement froide, ce qui fige un peu le fromage, mais quand je l'ai sortie du four le soir précédent, la lumière était vraiment triste et je n'avais pas le temps d'aller jusqu'à mon "studio photo" avant de souper.

En tous cas, si vous utilisez une mandoline comme moi, faites bien attention à vous.....comme on pu le voir ceux qui suivent mon compte instagram 


C'est bien cicatrisé depuis, merci.....

Même si cette recette m'a été inspirée par quelqu'un d'autre, je veux célébrer le tout beau nouveau site de Cuisinons de saison que Gut nous a fabriqué et vais lui envoyer cette recette encore bien de saison....


mercredi 5 septembre 2018

kitchen food....ou comment déjeuner assise....



Bon, ne nous voilons pas la face, on vieillit!

C'est le lot de tout le monde, mais là j'avoue parler surtout de moi......

Le street food, au cas improbable où vous ne connaitriez pas le terme, ça consiste à acheter de quoi se restaurer dans la rue, et le manger de même.....mais je suis de plus en plus casanière et apprécie de manger assise à une table, ou sur un canapé, mais pas sur un coin de trottoir ou en regardant les magasins comme je le faisais avant.....enfin, là c'était plus en poussant mon caddie du supermarché le midi entre 2 séquences de boulot.....

Mais en fait, j'aime bien goûter aux trucs vendus au marché ou dans un restaurant "à emporter". Il y a parfois quelques tables, mais souvent prises d'assaut, et par des jeunes gens qui ont déjà l'air de se demander ce que Mémé fait là....si, si....

Alors je ramène ça à la maison et je le mange tranquillement dans ma cuisine....j'ai ainsi goûté dernièrement à des crêpes turques aux épinards (achetées au marché du vieux Lille), un Bo Bun acheté chez Lucky panda, et un sandwich pastrami choucroute chez Achab, dans le vieux Lille également, et je me suis vraiment régalée.....

Et dernièrement, je me suis même surprise à me fabriquer égoïstement ma street food moi même!



Vous avez là la version assiette, mais sachez que sous les tomates cerises rôties au four  (clic pour la recette) se cache une couche de houmous et que j'ai accompagné ça de labneh, (encore clic) saupoudré de mélange Dukkah, acheté au magasin Les Epicentriques, à Wazemmes, mais qu'on doit trouver ailleurs si vous n'habitez pas le coin....

Ou même, vous pouvez peut être le faire vous même...

C'est ce que j'ai fait pour le pain et le houmous, et je vais être sympa avec vous: voilà les recettes. 

Je les ai d'ailleurs moi même empruntées au livre Jerusalem de Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi pour le houmous, et au livre Les secrets de la boulange bio de Marie Chioca pour le pain pita.

Houmous:

J'avoue avoir triché et ne pas avoir cuit mes pois chiches.....la recette est donc adaptée avec un bocal de pois chiches déjà cuits.
Ne soyez non plus pas surpris de ne pas trouver d'huile d'olive dans la recette, comme on le voit souvent, il n'y en a pas dans cette recette, mais il s'joute quand on le sert....je crois qu'il y a plein de recettes de houmous!


  • 300g de pois chiches cuits, égouttés
  • 130g de tahini (purée de sésame)
  • 2 c à s de jus de citron (ou un peu plus selon votre goût)
  • 2 gousses d'ail écrasées
  • 3/4 c à c
  • 5cl d'eau glacée
Dans un robot, réduire les pois chiches en purée, ajouter le tahini, le jus de citron, l'ail et le sel et bien mixer à nouveau.

Ajouter ensuite l'eau et continuer à mixer pour obtenir une pâte très lisse et crémeuse. Vous pouvez avoir besoin de plus ou moins d'eau, allez y progressivement et jugez....le mien était un peu trop épais....

Laisser reposer, couvert d'un film alimentaire pendant au moins 30 minutes. Si on ne le mange pas tout de suite, on le garde au froid mais il faut le sortir au moins 30 minutes avant de le déguster.

Pains pita:

Ma version est avec de la levure sèche, celle d'origine est à la levure fraîche, qu'il faudra donc délayer avant dans l'eau tiède.
  • 400g de farine de blé semi complète
  • 25cl d'eau tiède
  • 7g de levure sèche de boulangerie 
  • 5g de sel (1 c à c rase)
Dans le bol du robot, ou à la main car il n'y a pas besoin d'un pétrissage long, mélanger la farine et le sel.

Au centre, faire un puits, y mettre la levure et l'eau et mélanger. Pétrir juste assez longtemps pour obtenir une pâte lisse, homogène, très légèrement collante aux doigts.

Couvrir et laisser lever environ 2 heures à température ambiante, la pâte doit doubler de volume.

La renverser sur le plan de travail fariné, la dégazer doucement avec le poing et la diviser au couteau ou coupe-pâte en 6 morceaux. La pâte est toujours un peu collante, il vaut mieux se fariner les mains....sans excès...
Les façonner en boule, les couvrir et laisser reposer 30 minutes.

Avec un rouleau, aplatir chaque boule en disque, les disposer sur un torchon sec, légèrement fariné et laisser reposer environ 10 minutes.

Pendant ce temps, préchauffer le four à 240°, avec une plaque à pâtisserie dedans, à mi hauteur.

Disposer les pâtons sur la plaque bien chaude, les vaporiser d'un peu d'eau et les mettre au four environ 6 minutes. Ils doivent être bien gonflés.

A la sortie du four, les laisser tiédir sur une grille quelques minutes puis poser un torchon par dessus pour que la croûte reste souple.



Sur la photo, ils ont un peu dégonflé, forcément, mais vous voyez qu'ils restent bien creux au centre, prêts à être garnis.

En fait, cette photo a été prise un autre jour que la première, et le pain était juste déchiré en petits morceaux, recouverts d'un peu de houmous et d'un petit morceau de tomate rôtie....

Cet été, j'ai rôti quelques kilos de tomates je crois.....c'est plus vite mangé que cuit mais c'est tellemnt bon!


vendredi 31 août 2018

Vendanges lilloises et le gâteau qui en suivit...

A Lille en général, je ne sais pas trop où en est la production de raisins, mais dans mon jardin, je peux vous annoncer que la vendange est faite, avec le résultat le meilleur du siècle....

J'en avais déjà annoncé une magnifique en 2009, mais celle ci a vraiment dépassé toutes nos espérances.


Sous vos yeux ébahis, il y a ici à gauche 1,3kg et à droite environ 900g!....si, si!

Le panier de gauche a été cueilli par mes douces mains. En rentrant de Bretagne, j'ai vu voler des grains, sous l'effet de la délicatesse des merles en train de se faire un repas de gala dans la vigne....j'ai donc saisi mes ciseaux et décidé de prélever ce que je pouvais avant qu'ils ne saccagent tout....

Mais les merles étaient accompagnés de charmantes petites bestioles rayées et bourdonnantes, qui semblaient un peu fâchées de ma présence, aussi n'ai je peut être pas vraiment tout bien inspecté.

Et quelques jours plus tard, MrD, n'écoutant que son courage, y est retourné et a encore récolté le contenu du panier de droite....d'ailleurs un peu plus sucré que le premier.

Pour une blogueuse, impossible de ne pas essayer de cuisiner sa récolte.....au moins une partie....



Ce qui a donné un clafoutis.....bricolé d'après une recette de Marie Chioca.

Elle l'avait faite avec des abricots, le fait de passer aux raisins a donné un résultat un peu plus crémeux, les uns étant quand même plus riches en jus que les autres....il a du aussi cuire un peu plus longtemps de ce fait.

Je vous donne ma façon de faire, mais allez surtout voir la recette d'origine!

Clafoutis/flan aux raisins:

  • 50cl de lait
  • 2 c à s un peu bombées de purée d'amandes blanches
  • 4 oeufs
  • 60g de farine T150 de petit épeautre
  • 5 c à s de miel d'acacia
  • 350g de grains de raisin
  • 1 c à s de rhum
Beurrer un grand plat.

Mélanger au fouet les ingrédients, sauf les fruits.

Verser la pâte dans le plat et ajouter les fruits.

Cuire au four préchauffé à 150°, chaleur tournante, au moins 1 heure (vérifiez chez vous, mon plat était très creux, donc la cuisson plus longue)

La photo vous le montre à la sortie du four....après quelques minutes, il sera forcément un peu moins gonflé.....

Verdict: j'ai bien aimé.....mais il y a un problème inhérent au produit: les pépins!....

Alors, comme j'imagine que vous ne vous sentez pas plus que moi le courage d'épépiner les grains, à vous de voir!

Pour en revenir au raisin, il n'y a qu'un pied, de muscat, planté en 2007 si mes souvenirs sont bons, et qui remonte vers le toit de la cuisine, contre un mur de briques. Le toit est en zinc, je vous laisse donc imaginer la chaleur qu'il peut faire là haut....surtout cette année.

Ce que je comprends moins, c'est pourquoi, sur la même grappe, il y a de beaux gros grains et d'autres encore tout petits et verts qui n'ont même pas imaginé aller plus loin....ceci dit, je suis loin d'être spécialiste en la matière!

samedi 25 août 2018

Il est libéré!.....Je peux vous parler d'une salade..

Si vous m'avez un peu suivie, vous savez que mon ordinateur s'est retrouvé l'otage d'un tiroir récalcitrant. 
J'ai donc du vous proposer 2 recettes en les tapant sur ma tablette, et suis partie m'aérer en Bretagne en le laissant enfermé.

Et j'ai beau me considérer comme une femme moderne et libérée, je dois vous avouer que c'est MrD qui a résolu le problème en parlant plus ou moins gentiment à la serrure et en me conseillant de ne plus tourner la clé....

Me voilà donc capable de vous proposer une salade dont les photos étaient aussi dans le tiroir, forcément...


Elle m'a été inspirée par Darya, du blog Tortore, qui s'est elle même inspirée du livre Jérusalem de Yottam Ottolenghi et Sami Tamimi, dont vous entendrez certainement encore parler ici car depuis, j'ai reçu ce livre en cadeau et il me donne envie de tout goûter.....

C'est une salade d'orge perlé aux herbes et à la féta marinée. Je n'avais dans mon jardin malheureusement pas autant d'herbes fraîches que nécessaire, mais je me suis permis d'ajouter des tomates et du concombre.....mes achats ayant été un peu abondants....vous trouverez entre parenthèses les ingrédients d'origine.

La recette: pour 2 bons mangeurs, surtout avec les légumes 

Pour la feta marinée:
  • 70g de feta
  • 1/2 c à c de zaatar (se trouve en épicerie orientale)
  • 1/4 c à c de graines de coriandre
  • 1/8 c à c de graines de cumin
  • 1 grosse c à s d'huile d'olive
Pour la salade:
  • 35g d'orge perlé
  • persil plat, ciboulette (45g de persil plat)
  • 15g de feuilles de menthe
  • 1 petit oignon rouge (1 grosse échalote) émincé
  • 1 gousse d'ail épluchée, dégermée et finement hachée
  • 20g de noix de cajou rapidement torréfiée à la poêle et écrasées grossièrement
  • (2 branches de céleri coupées en morceaux)
  • poivre noir fraîchement moulu (3 graines de poivre de la jamaîque)
  • sel
  • 1 à 2 c à s de jus de citron
  • 2 à 3 c à s d'huile d'olive
  • 2 belles tomates bien charnues, mondées et coupées en dès
  • 1/2 concombre épluché et coupé en dès
Mettre l'orge perlée dans une casserole, couvrir d'eau, apporter à ébullition et cuire environ 35 minutes. Egoutter et laisser refroidir.
On peut faire ça à l'avance.

Dans une petite poêle, faire revenir à sec les graines de cumin et de coriandre. Après 1 à 2 minutes, les retirer du feu et les écraser au pilon.

Emietter grossièrement la féta dans un bol, ajouter le zaatar et les épices écrasées. Verser l'huile d'olive, mélanger et garder au frais au moins 30 minutes.

Hacher les herbes, les ajouter à l'orge, à l'oignon et l'ail. Verser l'huile, le jus de citron et mélanger. Saler et poivrer. Mélanger.

Dans le plat, ajouter les tomates et le concombre, puis les morceaux de féta par dessus.

On peut mélanger avant de servir ou pas, selon votre goût.


A lire, ça semble long, mais vous pouvez préparer pas mal de trucs à l'avance et juste assembler avant de servir.

Allez voir chez Darya la recette d'origine, et n'hésitez pas à visiter son blog longuement si vous ne le connaissez pas....

J'aurai l'occasion de proposer d'autres interprétations du livre d'Ottolenghi, mais peut être pas beaucoup d'orge perlé car il semblerait que je sois la seule à apprécier ça ici.....mais bon....on fera avec!

samedi 18 août 2018

Importation de biscuits à l’huile au pays du beurre salé


Eh oui, j’ai osé!
Mais ce n’est pas de ma,faute, il restait du cheddar dans le frigo!
Quel rapport?
Quand vous partez quelques jours vous, vous n’evitez pas de laisser du fromage derrière vous? Il risque d’avoir du mal à attendre sereinement votre retour...
Alors moi, la veille du départ, j’ai fait ça:


Toujours des suites du blocage momentané de mon ordi, j’ai du mal à améliorer un peu les images....ces cookies au fromage ne sont peut être pas des plus glamour à l’oeil mais question goût, ils tenaient la route.
La recette vient d’un des livres de Marie Chioca et était originellement au chèvre, la version cheddar donne ceci:

La recette:

  • 100g de farine d’epeautre T150
  • 100g de farine d’epeautre T70 ( ou en tout 200g de T110 si vous avez)
  • 100g de vieux cheddar 
  • 1/2 c à c de fleur de sel
  • 7cl de vin blanc
  • 5cl d’huile d’olive
  • Une dizaine de brins de thym, frais si possible
Dans un grand bol, mélanger les farines et le sel. Ajouter le fromage émietté, les petites feuilles du thym, le vin et l’huile et mélanger rapidement.

Faire des petites boules et les aplatir sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Cuire au four préchauffé à 180 en chaleur tournante, 15 à 20 minutes en surveillant bien.

Les faire refroidir sur une grille pour qu’ils soient croustillants 

Ils ont fait le voyage en train dans une boîte hermétique et se sont très bien tenus pour l’apéro suivant mon arrivée....et le suivant car ils sont quand même assez nourrissants et si on se jette dessus on n’a plus faim pour les bonnes choses qui suivent!

Et de toute façon, pour brûler les calories on peut toujours aller faire un tour en bord de mer!










samedi 11 août 2018

Recette d’après canicule

À Lille comme un peu partout en France nous avons eu un peu chaud ces dernières semaines....et pas vraiment envie d’allumer le four.

Il semblerait qu’on retrouve des températures plus normales, je vous propose donc une recette qui va vous permettre de vous rattraper.....car le four va chauffer longtemps, et 2 fois.....

En fait, je l’ai faite dans le midi en juillet, le seul jour où il a plu une bonne partie de la journée.....enfin, pour la première étape, car la deuxième a eu lieu le lendemain, et on a mangé ça le soir sur la terrasse.


Désolée, la photo est plus petite que d’habitude car j’ecris sur ma tablette. L’ordinateur est enfermé dans un tiroir que je n’arrive plus à ouvrir.....si, si....ce n’est pas une blague....
De ce fait, j’ai aussi moins de place pour écrire, l’appli Blogger ne voulant plus marcher avec ma version d’IOS...

La recette:

  • Courgettes
  • Tomates
  • Oignons
  • Ail
  • Huile d’olive
  • Romarin
  • Steak haché 
  • Persil
  • Épices pour kebab
Couper les légumes en morceaux, les repartir sur une plaque, les arroser d’huile d’olive et parsemer de branches de romarin.
Cuire au four à 150° pendant 1heure ou même 2.....en mélangeant de temps en temps.
Servir avec ce qu’on veut
Il en restera le lendemain....
Hacher de l’oignon et de l’ail. Ciseler du persil. Mélanger à la viande hachée avec un peu d’epices et faire des petites boulettes.
Mettre le reste de légumes confits dans un plat et repartir les boulettes à la surface.
Mettre au four environ 30 minutes à 180°.
Servir avec de la polenta ou du riz.....ou ce que vous voulez...







dimanche 5 août 2018

Si, si....ça se transporte!....

Quand je propose d'apporter quelque chose lors d'une invitation, je me creuse souvent la cervelle pour trouver une idée.....comme tout le monde je pense!

Mais je me creuse aussi la même cervelle (je pense n'en avoir qu'une) pour que ce soit quelque chose de transportable.

Et bien hier, j'ai du sérieusement bien carburer des neurones, car nous avons transporté, par temps de presque canicule et un jour noir pour Bison Futé (les anciens comprendront...), ça:


Vous avez là la photo du départ de la maison, mais vous pouvez me croire sur parole, c'était pareil à l'arrivée!

C'est MrD qui m'a soufflé la solution: mettre ma glacière souple (de Mr Picard) en position horizontale. C'est grâce à notre manie de garder beaucoup de choses que j'ai trouvé du carton pour rigidifier le dessous et caler les bords que ça n'a pas bougé. Un bloc de froid emballé dans un torchon a encore solidifié l'ensemble tout en gardant une température acceptable.

Pourquoi me suis je lancé là dedans me direz vous? 

L'envie de faire quelque chose de froid, celle de ne pas allumer le four et la rédaction récente d'un article sur un trifle. Vous avez là une version familiale, plus proche de la version anglo-saxonne originale. Celle ci, à ma connaissance contient de la jelly, gelée colorée qui fait frémir les français, mais comme je n'en avais pas, c'est une gelée maison. 

Il vaut mieux prévoir une partie de la préparation la veille, ou le matin pour le soir, le temps que la gelée prenne bien.

Trifle aux fraises et à la pêche:

  • 600g de fraises (environ)
  • 3 pêches bien mûres
  • 2 c à s de sirop d'agave
  • 4 feuilles de gélatine
  • 25cl de lait
  • 25cl de crème fraîche (semi légère pour moi)
  • 2 oeufs
  • 80g de sucre en poudre
  • 1 gousse de vanille
  • 1 c à s bombée de fécule de maïs
  • 12 biscuits cuiller
  • un peu de gin et de sirop de verveine (voir article précédent)
Nettoyer la moitié des fraises, les couper en morceaux et les mettre dans un blender avec le sirop d'agave. Mixer.

Si nécessaire, ajouter un peu d'eau pour arriver à 400ml.

Tremper les feuilles de gélatine dans de l'eau une petite dizaine de minutes. Prélever un quart du coulis et le mettre dans un grand bol. Chauffer 1 à 2 minutes au micro ondes et y dissoudre la gélatine bien essorée. Ajouter progressivement le reste du coulis en mélangeant bien et réserver au froid.

Mettre le lait et la crème dans une casserole. 

Couper la gousse de vanille dans la longueur et prélever les graines. Les mettre dans la casserole, ainsi que la gousse. Chauffer doucement et quand ça arrive à frémissement, couper le feu et couvrir pour laisser un peu infuser.

Battre les oeufs avec le sucre, ajouter la fécule (on peut la délayer dans un peu de lait froid, ça se mélange plus facilement).

Verser très progressivement le lait chaud sur les oeufs, en remuant bien et reverser dans la casserole. Chauffer en remuant constamment jusqu'à ce que la crème épaississe.
La réserver dans un plat, en la filmant au contact. La mettre au frigo dès qu'elle n'est plus tout à fait chaude.

Quand la gelée est bien froide mais pas encore prise, commencer le montage.

Tremper les biscuits dans un mélange de sirop et de gin et les mettre dans le fond du plat de service transparent.

Eplucher les pêches et les couper en morceaux. Les disposer sur les biscuits. Verser le gelée par dessus, elle doit juste affleurer les pêches. Conserver au froid.

Quand la gelée est prise, couper le reste des fraises (sauf un peu pour la décoration) en morceaux et les répartir dans le plat. 
Ajouter la crème (après avoir retiré la gousse de vanille) et lisser la surface.

Garder au froid.

Juste avant de servir (ou de transporter...) ajouter quelques fraises par dessus.


Pour servir, il vaut mieux des coupelles ou des assiettes un peu creuses, car ça se sert avec une grande cuiller et ça n'a pas beaucoup de tenue.

On peut bien sur les faire dans des verres individuels, mais ici on aime bien le côté un peu vintage de ce dessert et de toute façon , ce n'est pas forcément plus facile à transporter.

Et si on l'emporte, on demande au conducteur d'être prudent dans les virages....



mardi 31 juillet 2018

De quoi profiter du moment présent....et de ses fruits...

Zen, soyons zen....c'était une chanson, non?

On n'est pas à l'abri des petites contrariétés ni des gros ennuis, mais ça peut faire du bien de profiter du moment présent....l'été en l'occurence.

D'accord, il est très chaud mais les années où on caille en juillet, ce n'est pas non plus le pied, alors tant qu'à faire je préfère avoir chaud...eh oui, avec l'âge on essaie de prendre les choses du bon côté. 

Bon, ce matin quand mon tancarville (je ne sais si vous appelez ça comme ça aussi: c'est un truc pour prendre le linge...) s'est démonté juste quand je terminais d'accrocher la dernière chaussette j'avoue avoir momentanément manqué un peu de zenitude, mais ça va mieux...

Alors, pour vous aider à profiter de la saison, et d'un de ses bons côtés, les fruits, je vous propose une petite recette toute simple....


Si, si, il y a encore des fraises!....mais vous pouvez aussi fabriquer ce dessert avec des framboises, des abricots, des pêches.....

Il comporte du sirop de verveine. J'en avais déjà parlé sans vous donner la recette. Je m'étais inspirée de différents sites, par exemple celui ci. Mais si vous n'avez pas de verveine sous la main, un sirop du commerce, ou un simple sirop de sucre ou du sirop d'agave (les fruits sont déjà bien goûteux) feront tout à fait l'affaire.

C'est un mariage entre la panacotta et le trifle....

La recette:

  • 25cl de lait
  • 25cl de crème fraîche
  • sirop à votre goût, 1 à  2 c à s
  • 1g d'agar agar
  • 500g de fruits
  • 2 c à s de sirop de verveine
  • 6 biscuits cuiller et encore un peu de sirop (ou un alcool parfumé...)
Mélanger le lait, la crème et le sirop. Ajouter l'agar agar, mélanger et porter à ébullition. Laisser bouillir 1 minute puis retirer du feu, verser dans un plat et filmer au contact. Laisser refroidir.

Mixer la moitié des fruits avec les 2 c à s de sirop. Réserver au froid.

Couper les biscuits en 4, tremper les morceaux rapidement dans un peu de sirop (ou d'alcool) et les répartir dans 4 verres. 

Ajouter la panacotta puis le coulis et terminer avec le reste des fruits coupés en morceaux. Garder au froid jusqu'au moment de servir.



Comme la panacotta était déjà prise avant d'être répartie dans les verres, elle y est mise avec une cuiller, ce qui laisse le passage au coulis.....

Avec d'autres fruits le coulis sera sans doute un peu à adapter aux fruits utilisés selon leur richesse en jus et leur degré de sucrage.

Vous me direz si vous essayez?

mardi 24 juillet 2018

La clateauflan des vacances....aux abricots.

Non, non, le correcteur automatique ne m'a pas joué un de ses bons tours, je parle bien d'un clateauflan.

Mais qu'est ce? me direz vous...

C'est ça:


En fait, c'est une savante synthèse entre un clafoutis, un flan et un gâteau....bricolé en vacances avec un pot de mascarpone entamé et quelques abricots qui ne muriraient sans doute pas beaucoup plus. 

Ah...les vacances!...


Au revoir la Méditerranée!....

Nous avons retrouvé la chaleur, le soleil et le ciel bleu du Nord....ce n'est pas tous les ans qu'on peut dire ça, non?....
Donc, un peu moins de regrets d'être rentrés cette année....même si la vue et l'ambiance sonore assurée par les cigales n'est pas tout à fait la même ici....faute de cigale, voilà la vue quand je prends le petit déjeuner là bas....

 
On a connu pire, non?....

Bref, on est rentrés, mais j'avais noté la recette improvisée de mon petit truc aux abricots, alors je vous la donne. C'est le moment ou jamais de profiter de ces fruits divins (quand on les trouve mûrs à point...)

La recette:
  • 4 c s farine 
  • 3 c s sucre
  • 1/2 sachet levure
  • 2 sachets sucre vanillé 
  • 3 œufs 
  • 200g mascarpone 
  • 200ml crème liquide
  • 6 abricots
  • Un peu de beurre et sucre pour le dessus
Battre les oeufs avec le mascarpone et la crème.

Dans un saladier, mélanger les éléments secs. Ajouter le mélange précédent et mélanger.

Verser dans un plat à gâteau beurré.

Couper les abricots en 4 et répartir les morceaux sur la pâte. Les enfoncer un peu. Saupoudrer d'un peu de sucre en poudre et de quelques noisettes de beurre.

Enfourner à four entre 150 et 180° pour environ 50 minutes.

Désolée de ne pouvoir être plus précise pour la cuisson car le four de la location, s'il a le mérite d'exister, est un peu ancien et pas très précis dans les réglages. Adaptez à votre four et vérifier souvent la cuisson.


La texture est intermédiaire entre les différentes parties qui constituent son nom....et c'est tout à fait mangeable!


lundi 16 juillet 2018

Des idées pour les déjeuners d'été...

Mes vacances se terminent doucement.....je reprends un peu le chemin du blog....histoire de me ré-habituer à l'usage de l'ordinateur, un peu délaissé ces derniers temps....

Il faut dire que j'avais d'autres activités....


Oui, oui.....ça occupe....

Pour ceux qui se demandent à quel endroit je suis, je ne vais pas être trop précise, par égoïsme pur....

Ce que vous avez devant vous est une plage de la côte d'Azur, un 13 juillet vers 11h....surpeuplé, non?....d'accord, on marche un petit peu pour ne pas se poser juste devant le parking, mais ça en vaut la peine, non?....

Et puis, une semaine a été aussi un peu plus animée que les précédentes....


Vous devinez?....une animation bien agréable en tous cas....le remplissage et vidage de seaux n'a plus de secret pour moi, même si je n'atteins pas la maestria de MrD en constructions de sable...

Après la plage du matin, retour au bercail pour un repas froid. Ici, c'est salades diverses le midi, et un peu plus cuisiné le soir.

Je ne vous donnerai pas l'adresse de ma plage, mais je vais quand même être sympa et vous donner quelques idées de salades. J'ai moi même emprunté des recettes sur le net (peu d'ordi, mais un smartphone....) alors à mon tour de partager.

Certaines étaient le pur produit de mon imagination devant le contenu du placard ou du frigo.


Vous avez là, une salade de betteraves (achetées cuites, faut pas pousser...) et de tomates, associée à un reste de pommes de terre assaisonnées avec de l'huile d'olive, du vinaigre de cidre, oignon, persil et ail.
Derrière, ce sont des harengs fumés, eux aussi avec de l'oignon, du persil et du vinaigre.


Ici, c'est un reste de quinoa cuit la veille, traité façon taboulé, avec du persil, de la menthe, du jus de citron et de l'huile d'olive.


Dans le même genre, le quinoa est associé à des lentilles (en boite), des dés de tomates et de la truite fumée. Toujours avec de l'ail et du persil.


Il n'y a pas que les lentilles en boite qui sont utiles. Ici, ce sont des haricots verts et blancs qui se mélangent aux tomates, morceaux de magret fumé, ail et persil.



En voilà une qui demande un peu plus de travail, mais peut se préparer la veille. Il vaut mieux d'ailleurs car les goûts se mélangent alors divinement. Elle contient de l'aubergine, des oignons et des pois chiche.

La recette est celle de Cuisine de Gut. Je vous laisse aller la voir chez elle. J'ai pris quelques libertés en ajoutant quelques lamelles de poivron rouge et en remplaçant les épices que je n'avais pas par un peu du mélange de Mr Ducros pour kébab.....ses petits sachets sont bien pratiques en vacances et en regardant la composition, on les adapte à plein de bonnes choses.

Gut la servait avec des moules.....j'ai simplifié et une boite de maquereaux à l'escabèche a tout à fait convenu.

Avec des pois chiche, j'ai aussi testé une recette de Un déjeuner de soleil, une salade à l'espagnole. Pas de photos.....j'avais trop faim peut être!....
Là aussi , je vous laisse aller voir chez elle...

Et pour terminer, vous avez la photo d'une double salade!....eh oui, on finit parfois les restes des restes.....à ma droite: semoule, tomates, concombre et à ma gauche: riz, tomates cornichons.....

Quelques soient les associations, vous remarquerez qu'il y a très souvent des tomates, dans la salade ou à côté....c'est le moment ou jamais d'en manger et il serait bête de s'en priver!

En achetant au début des vacances un pot de menthe et un de basilic et en ayant la chance d'avoir à côté une petite épicerie régulièrement approvisionnée en persil frais, j'ai le choix pour les herbes....

Une bouteille d'huile d'olive, une autre de vinaigre de cidre et une toute petite de balsamique sont aussi des achats de base....

J'espère avoir été un peu utile à vos prochaines ou actuelles vacances.....ou à vos repas à la maison...et espère que le temps pourri qu'on a aujourd'hui ne va pas durer!....

mercredi 4 juillet 2018

Histoire d'une brioche qui avait pris le train

Il y a quelques temps, je vous avais parlé de petits grignotages que j'avais fabriqués pour participer à des pots de départ.

Mais ce dernier ne coïncide pas toujours avec le vrai dernier jour de boulot. Et celui là, il faut aussi le fêter dignement....on ne peut pas laisser partir comme ça les gens avec qui on a partagé plein de choses....

Comme ce dernier jour se terminait à l'heure du goûter, il fallait bien se sustenter dignement avant de se dire au revoir....une collègue avait fait un très bon gâteau au chocolat, une autre avait apporté de quoi nous hydrater, même si la chaleur était un peu moindre que maintenant...et j'avais apporté ça:


En fait, j'en ai apporté une.....

C'est une brioche toute sage en fait, elle est aux petits suisses, selon une recette empruntée au blog Vanille et chocolats, un peu modifiée pour être encore plus sage...ou presque.

La recette:

  • 500g de farine T65
  • 5g de levure sèche de boulangerie
  • 2 oeufs associés à du lait pour atteindre 200g (on met un bol sur une balance, on tare, on y casse 2 oeufs et on ajoute du lait jusqu'à afficher 200g....)
  • 80g de sucre de coco
  • 1/2 c à c de sel
  • 4 petits suisses
  • sucre en grains
Dans le bol du robot (à la main si vous avez du courage...) mettre la farine, le sucre, le sel et bien mélanger. 

Mettre la levure au centre puis verser le mélange oeufs-lait et les petits suisses. Mélanger d'abord doucement au crochet ou à la feuille, puis pétrir au crochet au moins 10 minutes, sans doute un peu plus, jusqu'à ce que la pâte se détache des bords et grimpe le long du crochet...si, si...

Rabattre la pâte en boule, couvrir d'un torchon et laisser la pâte doubler de volume dans un endroit tiède.

Elle est très molle, elle sera plus facile à travailler, si vous avez le temps, en étant rabattue puis mise au froid pour la nuit, ou au moins 1 heure.

Reprendre la pâte et la façonner, en boules dans la recette initiale, en tresses pour moi. Les déposer sur une plaque recouverte d'un papier cuisson.

Laisser à nouveau gonfler dans un endroit tiède.

Pendant que le four préchauffe à 180° (si possible, chaleur par le bas, avec un plat d'eau sous la grille), badigeonner la surface de lait avec un pinceau et répartir du sucre en grains par dessus.

Cuire 25 à 30 minutes. 

Laisser refroidir sur une grille.



J'ai mis du sucre de coco et de la farine moins blanche, dans le but d'obtenir un indice glycémique pas trop élevé.....ce qui a été anéanti par le sucre en grains.....mais on ne peut pas être parfait!

Comme vous le voyez, il y a 2 brioches.....l'une fût entamée au boulot et partagée entre les collègues et l'autre, commencée à la maison au petit déjeuner du lendemain n'a pas été terminée avant notre départ en vacances tout proche....alors elle a voyagé, très bien et a terminé sa carrière sous d'autres cieux....


Bleus les cieux.....forcément....

mercredi 27 juin 2018

Tourisme artistico-gourmand et fraises...

L'avantage d'être plus âgé, c'est qu'on est moins tenu au respect de certaines dates pour prendre des vacances....c'est du bord de la Méditerranée que j'écris cet article et dans ma grande bonté, je partage avec vous une jolie découverte.

Pour commencer, une petite recette quand même....faite avant de partir, mais qui pourrait vous être utile pour bricoler un petit dessert de saison.....avec des fraises...


En fait, c'est une rediffusion d'une recette déjà faite il y a longtemps, à base de lait concentré non sucré. 

Cette fois, elle a été un peu "customisée" mais elle est toujours très simple...

La recette:

  • 200ml de lait concentré non sucré
  • jus d'1/2 citron
  • 250g de fraises
  • 1 à 2 c à s de sirop d'agave (selon le degré de sucrage des fraises)
  • quelques biscuits à la cuiller
  • un peu de sirop de verveine
  • un peu de gin
Laver les fraises, les sécher, les équeuter et les couper en morceaux.

Garder les plus beaux pour la déco et mettre le reste dans un blender avec le sirop d'agave. Mixer pour obtenir un coulis.
Réserver au froid.

Verser le lait dans un bol (après l'avoir laissé au moins 1 heure au froid), ajouter le jus de citron et fouetter jusqu'à obtenir une mousse.
Ajouter alors le coulis et mélanger avec précaution.

Tremper les morceaux de biscuits dans un mélange de sirop de verveine et de gin et les répartir au fond de 6 verres. 

Répartir la mousse par dessus et réserver au moins 1 heure au froid avant de déposer les derniers morceaux de fraises par dessus et de servir.



Il faut les manger dans la journée, la mousse ne tient pas vraiment très longtemps, le lendemain il y a du jus de fraises dans le fond....ce n'est pas mauvais mais pas forcément présentable...

J'ai essayé d'ajouter 2 feuilles de gélatine, mais ça ne tient pas beaucoup plus longtemps.

Pour le sirop de verveine.....je ne pense pas avoir publié la recette. Il est à base de verveine citronnelle du jardin et j'avais trouvé sur internet comment faire......je vous raconterai une autre fois....mais je ne doute pas que vous saurez vous débrouiller ou remplacer par ce que vous avez!

Tourisme maintenant!....


Il faudra d'abord prendre le bateau car nous partons sur l'Ile de Porquerolles.


Une fois débarqués, c'est Sophie qui nous a montré le chemin....j'espère quand même qu'elle aura retrouvé son propriétaire ensuite...

C'est au domaine de La Courtade qu'est installée la Fondation Carmignac. Elle a ouvert en début de mois et il est conseillé de retenir son entrée par internet car 50 personnes seulement sont accueillies par demi heure. Vous restez le temps que vous voulez ensuite....

La visite commence par le bâtiment, elle se fait pieds nus...si, si....vous laissez vos chaussures à l'entrée. personnellement j'ai trouvé le sol de pierre un peu froid, mais il parait que ça se réchauffe en cours de journée....

Les oeuvres sont surtout modernes, même si on peut admirer une Vénus de Boticelli. C'est l'architecture des lieux, à la fois protégés et ouverts vers l'extérieur qui m'a le plus bluffée...



Le grand jardin se visite ensuite, conçu comme le dit leur site comme un "non jardin" respectant la végétation naturelle des lieux le plus possible. Des oeuvres y sont exposées, qu'on découvre au fil de la promenade.

Et si on a une petite faim?....pas de problème!


Qu'en pensez vous?.....

Et ceci se déguste dans l'ombre de grands arbres....

C'est dans le parc de la fondation, au niveau des anciens chais....on peut d'ailleurs y boire le vin local. Nous avions plutôt soif, et c'est une bière brassée à Porquerolles qui nous a désaltérés....après une grande bouteille d'eau...

A gauche, il y avait du thon mariné au combava et plein de bonnes petites choses à grignoter...à droite vous aurez reconnu la tropézienne....toute fraîche et généreusement servie.

Le service est encore un peu hésitant mais ça vient d'ouvrir, il faut du temps à l'équipe pour prendre ses marques. Les prix sont très acceptables et ce sera toujours beaucoup plus agréable que les restaurants du centre de l'ile, un peu fort chargés en touristes...déjà en juin, je n'ose imaginer en août...

Je sais....on en est de ces touristes!.....mais nul n'est parfait!

jeudi 21 juin 2018

Grignotages pour pots...

Je suis bien consciente que ce titre n'est pas très explicite.....j'aurais pu parler d'apéros, mais il s'agit en l'occurence de ce qu'on nomme des "pots".....encore appelés "pots de départ".

Quand on arrive à mon âge avancé, on fête plus de départs en retraite que de nouvelles embauches, et les semaines passées il y a eu 2 de ces occasions dans mon entourage proche, familial et professionnel.

Maintenant, ce que je vais vous proposer convient tout à fait aussi pour les pots d'arrivée, les communions, les anniversaires ou les simples apéros de vacances!


D'abord, des petits muffins aux tomates séchées...

La recette:

  • 2 oeufs
  • 240g de farine (soit 2 fois le poids des oeufs sans coquille)
  • 240g de lait fermenté
  • 100g d'huile d'olive
  • 100g de parmesan fraîchement râpé
  • 100g de tomates mi séchées (de chez Olivier and co....ou autres) coupées en petits morceaux
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • sel
  • piment d'espelette
Battre ensemble les oeufs, le lait et l'huile dans un bol ou un pichet (c'est pratique).

Dans un saladier, mélanger les autres ingrédients. Verser par dessus le contenu du pichet et mélanger rapidement sans chercher à obtenir quelque chose d'homogène.

Répartir la pâte dans des petits moules à muffins, ou dans les alvéoles d'une plaque à muffins, et cuire 15 à 20 minutes au four préchauffé à 180°, chaleur tournante.

Laisser refroidir sur une plaque et ne pas trop tarder à les manger, c'est meilleur tout frais


Sinon, je peux vous proposer aussi des biscuits apéro....mais comme je suis un peu flemmarde et que j'aime rendre à César ce qui lui appartient, je vais vous donner les liens vers les recettes, sur les blogs d'origine, avec juste ma petite touche personnelle....

Cette touche étant de me faciliter les choses.....au lieu de me servir d'un rouleau et d'emporte-pièces, comme les auteurs des jolis biscuits qui m'ont fait craquer, j'ai façonné des rouleaux de pâte et les ai aplatis un peu pour former vaguement un carré.....avant de les emballer dans un film.

Après quelques heures au froid, il suffit de les découper le plus finement possible et de les disposer sur une plaque couverte d'un papier cuisson.


Vous pouvez voir qu'ils ne sont pas vraiment réguliers....mais ça leur donne un petit côté plus artisanal, non?.....en plus, il faisait vraiment chaud le jour où je les ai faits, et les rouleaux de pâte avaient un peu de mal à se tenir....

Vous avez là, en haut, des crackers au sésame, fenouil et huile d'olive de "Un déjeuner de soleil", en bas à gauche, des biscuits à l'huile d'olive et tomates séchées de Carole, d'Alter Gusto , au pécorino dans la recette d'origine, remplacé par du parmesan chez moi, et en bas à droite, des sablés aux amandes, huile d'olive et romarin de Carole également.

Si ils ne sont pas tous mangés tout de suite, ils conservent bien quelques jours dans une boite hermétique.

N'hésitez pas à cliquer sur les liens, surtout....vous verrez que ça vaut la peine, ne serait ce que par les jolies formes qu'elles ont peu donner à leurs biscuits...étant nettement plus courageuses que moi!

Pour terminer, en ce jour de fête de la musique, un petit clip qui parle de départ en retraite....peut être pas des plus gais....mais la chanson a été composée et est interprétée par des gens qui me sont chers, et le clip a eu récemment le 1er prix catégorie étrangers, dans un festival à Sidney....


Enjoy!......

jeudi 14 juin 2018

On en mangerait!

J'aime beaucoup les crèmes...., de toutes sortes...

Il en existe de plus facile à faire que d'autres, celle ci est ultra rapide, et avec 2 ingrédients seulement....enfin, 3 si vous voulez ajouter un petit quelque chose en plus....



Sympa, non?...

Les 2 ingrédients? du beurre de karité et de l'huile de coco....

Et pour tout vous avouer, elle est plutôt à se tartiner sur la peau qu'à présenter comme dessert...

C'est une crème après soleil, ou de nuit, ou de quand vous voulez, dont j'ai trouvé la recette l'été dernier sur la page Facebook du Grand défi zéro déchet d'Alice.



La recette est donnée par Alice, qui tient le magasin Day by Day de Lille, une boutique de vente en vrac. Elle y est avec Romu, de la savonnerie de Romu, qui fabrique des cosmétiques bio, 100% naturels, équitables et les vend par internet, ou dans certaines boutiques. Pour ma part, je l'ai découvert par La Ruche qui dit oui. Les ingrédients s'achètent chez Day by Day, où vous allez avec vos propres bocaux. On en trouve aussi sur place. 

La recette:

  • 50g de beurre de karité bio
  • 50g d'huile de coco bio
  • huiles essentielles si vous souhaitez un parfum
Mettre les 2 ingrédients dans un bocal, Mettre celui ci au bain marie sur feu très doux et laisser fondre. On peut ajouter quelques gouttes d'huiles essentielles à la fin.

Un petit séjour au frigo et c'est tout!

Vous pouvez voir sur le vidéo que ça se fait aussi dans une casserole, mais ma méthode évite une vaisselle! et on vous en expliquera plus sur l'ajout d'huiles essentielles.

Si vous prenez de l'huile de coco vierge, non désodorisée, votre crème aura une petite odeur exotique sympathique.

N'hésitez pas....et n'ayez pas peur, ça ne rend pas la peau grassouillette mais toute douce, et ça ne tâche pas les vêtements. On peut aussi l'utiliser sur les cheveux, mais je n'ai pas testé.

Et si vous avez envie de le manger, pas de problème, c'est comestible!