mercredi 26 décembre 2018

Gateau piste de ski.....ou avalanche.....enfin, un gâteau d'hiver et peut-être de fête.....

D'abord, je suis un peu en retard pour vous souhaiter un joyeux Noël, mais je peux encore vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d'année.

J'espère que vous passerez de bons moments en famille ou entre amis.....

Ici, les festivités sont à épisodes mais nous avons déjà eu de ces bons moments. 

Hier, un gâteau a terminé le repas....ceux qui me suivent sur Instagram l'ont déjà découvert mais je me devais de montrer ici cette merveille de décoration.....



Voilà donc un gâteau qui pourra évoquer les vacances à la montagne.....même si pour moi il évoque plus une crème chantilly fabriquée un peu "à l'arrache" qui a transformé un pochage que j'espérais beau comme à la télé en avalanche.

Comme il était cependant bon, je vous en donne la recette....à vous d'en faire la présentation que vous voudrez....

C'est une génoise garnie d'un confit d'agrumes et de ganache montée au chocolat blanc.

Le confit est celui que vous trouverez ici, bricolé à la maison, mais vous pouvez en utiliser un autre, ou même une confiture d'agrumes.

La recette:

  • 4 oeufs
  • 60g de farine
  • 60g de fécule de maïs
  • 1/2 c à c de levure chimique (je sais, en principe il n'y en a pas dans la génoise...)
  • 90g de sucre en poudre (120 en principe, mais ça marche comme ça...)
  • les graines d'une gousse de vanille
  • 100g de chocolat blanc (si possible pas trop sucré, en pistoles)
  • 200g de crème liquide
  • 150g de confit d'agrumes 
  • 200g de crème liquide
  • 20g de sucre glace
La génoise peut se faire un jour ou deux avant et se conserve bien emballée dans un film.

Tamiser ensemble la farine, la fécule et la levure. Mélanger les graines de vanille au sucre.

Dans le bol d'un robot, casser les oeufs et commencer à les battre au fouet. Après 1 à 2 minutes, ajouter 1/3 du sucre, battre encore 5 mn puis ajouter encore 1/3 du sucre, et après 5 minutes le reste. Battre donc plus de 10mn, jusqu'à obtenir une masse très mousseuse.

Ajouter la farine/fécule en plusieurs fois, en soulevant précautionneusement pour mélanger.

Dans un moule beurré ( carré 20cm x 20cm pour moi....un rond ça ira....mais pas trop grand si vous le voulez assez épais) déposez un morceau de papier cuisson et verser la pâte.

Cuire environ 30 minutes dans un four préchauffé à 170°, chaleur tournante. Il doit légèrement prendre couleur, se détacher un peu des bords et une pique en ressort sèche.

Laisser quelques minutes dans le moule avant de démouler sur une grille. Attendre qu'il soit bien froid pour l'emballer.

La ganache se prépare aussi la veille, et se monte avant le repas.

Faire fondre légèrement le chocolat blanc.

Dans une casserole, verser les 200g de crème et ajouter 30g de confit d'agrumes. Porter à frémissement. 

Verser en 3 fois sur le chocolat, en mélangeant doucement à partir du centre, jusqu'à obtenir une crème lisse et brillante.

Filmer au contact et garder au froid jusqu'au lendemain, ou au moins 6 heures.

Pour le montage: couper la génoise en 2.

Mettre le reste du confit dans une casserole avec plus ou moins d'eau de façon à avoir quelque chose d'un peu plus fluide. Chauffer en mélangeant pour bien homogénéiser puis laisser refroidir. Cette étape n'est pas obligatoire mais mon confit est très épais.

Pendant ce temps, reprendre la ganache et, dans le bol du robot ou un saladier la fouetter rapidement jusqu'à ce qu'elle devienne mousseuse.

Répartir le confit d'agrumes sur les 2 moitiés de gâteau. Ajouter la ganache à la spatule sur le moitié du bas. Remettre l'autre par dessus. Garder au froid jusqu'au moment de servir.

Si vous souhaitez une décoration à la chantilly, battre les 200g de crème liquide bien froide, dans un bol bien froid, avec un fouet bien froid....(même comme ça, ça rate parfois....) et le sucre.

Mettre la crème dans une poche à douille et, avant de servir, la disposer harmonieusement à la surface du gâteau.....

Bonne fin d'année et à bientôt!

jeudi 20 décembre 2018

Encore un peu de couleur, de produits de saison et de gâteau...avec une confiture en prime si vous allez jusqu'au bout...

Les jours vont bientôt rallonger.....mais pour l'instant, la luminosité à l'heure du thé n'est pas forcément topissime pour des photos.

Tant pis, voilà le gâteau que j'ai bricolé hier après midi...


Il est orange.....mais pas seulement à cause de la lumière électrique, aussi à cause des ingrédients qui le composent...

Gâteau potimarron raisins 

  • 1 oeuf (60g sans la coquille)
  • 120g de farine T65 (ou 55 selon ce que vous avez)
  • 120g de velouté de potimarron (voir plus loin)
  • 1 c à c rase de levure chimique
  • 1 c à c de cannelle en poudre
  • 50g de sucre muscovado (60g si vous êtes une bouche sucrée...)
  • 40g d'huile d'olive
  • 100g de raisins secs
Dans un saladier, mélanger tous les éléments secs.

Dans un bol ou un pichet, battre l'oeuf avec l'huile et le velouté.

Verser dans le saladier et mélanger sans trop insister.

Verser dans un moule à cake légèrement huilé et cuire au four préchauffé à 180°  chaleur tournante pendant 10 minutes puis baisser à 170° pour encore 20 minutes. Une brochette piquée dedans doit ressortir sèche.

Laisser un peu refroidir dans le moule avant de démouler sur une grille.


Mais le velouté de potimarron, qu'est ce donc?.....

Tout simplement de la chair de potimarron, même pas épluchée, recouverte d'eau dans une casserole puis cuite jusqu'à être bien tendre avant d'être mixée avec une partie ou tout le jus de cuisson, pour avoir la consistance d'un velouté pas trop épais.

C'est une recette trouvée dans le magazine Régal, en 2011.....utilisée ensuite plusieurs fois ici.




Là il y en a de la couleur et de la lumière, non?.....

mardi 11 décembre 2018

Du soleil dans le gâteau...

Le titre n'est en fait pas si bien adapté à la journée d'aujourd'hui, ensoleillée à Lille. Mais j'y ai pensé hier, en rentrant à la maison sous une averse bien costaude, de celles qui vous font changer de chaussettes et de pantalon en rentrant, vous voyez?

Bref, je me disais hier, qu'un bon thé serait le bienvenu en rentrant, si possible accompagné d'un morceau de gâteau....

Et m'est revenue en mémoire une photo de gâteau, fabriqué et mangé il y a plusieurs mois pour tout vous avouer, mais qui me faisait à nouveau envie à chaque fois que j'ouvrais mon dossier appelé "photos en attente blog".



Blogueurs ou blogueuses qui me lisez, rassurez moi: vous avez aussi un stock de photos prises depuis plus ou moins longtemps que vous prévoyez utiliser....un jour ou l'autre....

Pour tout vous avouer, j'ai regardé....à part des photos de légumes ou fruits gardées pour d'éventuelles illustrations (et en fait rarement sorties de leur dossier) la plus vieille photo de plat cuisiné non publiée date de 2012......

Mais revenons au gâteau du début de l'année de ce jour....

Il vient de Un déjeuner de soleil, blog aux saveurs italiennes qui me fait très souvent envie....c'est un Ciambellone, aux oranges et à l'huile d'olives.

Edda nous explique l'origine de ce gâteau. Et je vous transmets sa recette, telle que je l'ai faite. En y étant fidèle pour une fois....enfin presque totalement....

La recette:

  • 230g de farine T65
  • 3 gros oeufs
  • 100g de sucre en poudre (120g chez elle)
  • 12cl d'huile d'olive extra
  • 3 grosses oranges bio, à la peau épaisse
  • 8g de levure chimique
  • 1 pincée de sel
  • le zeste d'un petit citron jaune bio
Laver les fruits, les essuyer et prélever les zestes avec une râpe. Les mélanger au sucre dans un saladier ou la cuve d'un robot pâtissier.

Presser les oranges pour obtenir 13 à 15cl de jus et mélanger celui ci à l'huile d'olive.

Tamiser la levure avec la farine.

Ajouter les oeufs au sucre et zestes et fouetter au moins 3 minutes, jusqu'à ce qu'ils deviennent clairs et mousseux.

Ajouter le mélange jus-huile et fouetter encore, juste le temps de tout amalgamer.

Ajouter alors la farine-levure et mélanger à la spatule, sans trop insister. Il n'y a pas besoin de travailler la pâte.

La verser dans un moule qui a idéalement un trou au centre, après l'avoir beurré si nécessaire.

Préchauffer le four à 170° en chaleur tournante (180° en statique) et enfourner dans la partie un peu basse du four pour 40 à 50 minutes, selon votre four et votre moule.
Il doit gonfler et dorer et une brochette piquée dedans doit ressortir sèche. Mais il faut éviter de trop le cuire.....

Le laisser refroidir une dizaine de minutes dans le moule avant de le démouler.


Edda propose de le saupoudrer de sucre glace.

Il semble que son nom en italien évoque un gros gâteau rond avec un trou au milieu.....il vaut donc mieux respecter la tradition et de toute façon la cuisson serait me semble t-il différente avec un autre type de moule.
Le mien n'a rien d'italien car je pense l'avoir acheté à Ikea......mais bon...j'imagine qu'il y a des italiens qui cuisinent avec des moules suédois et (peut être) des suédois qui cuisinent avec des moules italiens....

En tous cas, c'est un gâteau de saison, parfait pour le goûter ou le petit déjeuner et qui apportera un peu de soleil chez vous pendant l'hiver où la luminosité à ces heures là n'est pas vraiment top!


jeudi 6 décembre 2018

4 ans après, ils rentrent....et apportent des biscuits...

La première fois que je les ai tous découverts ensemble, c'était il y a juste 4 ans, au musée de la Piscine, à Roubaix....

Ils ont bien voyagé, au Grand Palais, à Paris, à Montréal et ont défilé une dernière fois au Mémorial 14-18 Notre Dame de Lorette.

Et maintenant que la guerre est finie, ils rentrent tout doucement à la maison.....


Ici, est arrivé Arséne.... 

Je l'ai baptisé comme ça en mémoire d'un de mes grands oncles....je ne sais pas vraiment quelle a été son histoire, mais je me souviens que, quand j'étais petite, les adultes disaient "il a fait 14.....mais il n'en parle pas..."

En fait, les 781 soldats ont été, selon le souhait de celle qui a imaginé, organisé et cru jusqu'au bout à cette aventure, Délit Maille, vendus au profit de Médecins sans Frontières.
Ce sera d'ailleurs sa dernière aventure, elle souhaite y mettre un terme et explique très bien tout ça sur son blog...

Ils ont vite été retenus, mais aux dernières nouvelles, il en resterait quelques uns encore qui attendent un rapatriement....allez voir là, sur la billetterie du musée si vous voulez en savoir plus.

Les biscuits du titre sont ceux que j'avais fabriqués quand j'avais parlé ici de toute cette aventure. 
Je vous les représente et, en cliquant sur leur titre, vous pourrez aller voir leur recette.

Vous en aurez aussi un peu plus sur la Wool War One....


Les biscuits Anzac


Biscuits aux flocons d'avoine

Si vous voulez des photos des soldats de retour dans leurs familles d'accueil, ou d'adoption, allez voir sur la page facebook du musée.

Et si vous voulez revoir la Wool War One au tout début, à Roubaix, je remets le petit film que j'avais bricolé à l'époque.


samedi 1 décembre 2018

Pour peut être leur en faire manger....

Il est un sujet qui revient souvent: comment faire avaler des légumes aux enfants.

Et je pense que le deuxième sujet qui suit rapidement est: comment leur faire manger du poisson.

D'emblée je précise: n'ayez pas la religion des légumes non plus! Il est normal que certains enfants mangent de tout et que d'autres sont très très méfiants quand on leur propose autre chose que des nouilles....même si on mange de tout à la maison.

Alors continuez vous même à manger de tout, donnez leur envie de goûter et n'hésitez pas à leur proposer des fruits qui "passent" souvent mieux....de toute façon, un jour ou l'autre ils élargiront leur répertoire gustatif....

Bon, j'arrête les discours et je saute dans le vif du sujet....


Ceci est un curry de chou fleur au lieu noir. Donc: du chou fleur ET du poisson!

Je m'aperçois tout à coup que, ma recette ayant été faite il y a un moment (oui, j'ai du retard dans mes recettes...) il y a des tomates dedans....et que ce n'est plus vraiment la saison.

Mais bon....ça fonctionnera aussi sans....ça donne un peu de couleur.... et vous pouvez aussi utiliser de la tomate pelée en boite...

La recette:

  • 1 chou fleur
  •  500g de dos de lieu noir (ou autre, mais celui ci est bon et pas cher...)
  • 1 gros oignon
  • 1 morceau de gingembre
  • 2 grosses tomates
  • 1 pomme
  • 20cl de lait de coco
  • 2 c à c de garam masala (ou de poudre de curry)
  • 1/2c à c de cardamone moulue
  • sel, poivre
  • huile de coco...ou autre si vous n'avez pas.
Détacher les fleurettes du chou fleur et les blanchir 2 minutes dans de l'eau bouillante.
Egoutter et réserver.

Eplucher et émincer les oignons.

Eplucher et hacher l'ail et le gingembre.

Emonder les tomates, si elles sont fraîches, et les couper en morceaux pas trop gros. Les égoutter si elles sont en boite.

Eplucher les pommes et les couper en petits morceaux.

Dans une sauteuse, faire chauffer un peu d'huile et y mettre les oignons.

Quand ils commencent à être transparents, ajouter l'ail, le gingembre et les épices. Cuire 2 ou 3 minutes puis ajouter les tomates et les pommes. Cuire 2 ou 3 minutes puis ajouter le lait de coco, sel et poivre, et laisser mijoter environ 30 minutes.

Ajouter le chou fleur et le poisson coupé en gros morceaux puis cuire encore, à couvert pendant une quinzaine de minutes.



Si vous vous posez la question: pourquoi de la pomme?
Je vous répondrai pourquoi pas?
En fait, je fais depuis des années une recette de curry d'agneau, trouvé dans un ancien livre (je me demande si ce n'était pas celui donné avec une cocotte minute...) dans laquelle ou met de la pomme et de la banane....en fait ça fond à la cuisson mais ça donne un petit je ne sais quoi....alors pourquoi pas avec du poisson?

Si vos enfants en mangent, dites le moi...

Et moi, je propose ce plat complet, de saison (malgré les tomates...) à Cuisinons de saison



samedi 24 novembre 2018

Une tarte salée pour terminer la semaine des 7 fridays...

Pour que ça vous échappe, il faudrait que vous ayez passé cette semaine au fond d'une forêt, sans radio, ni télé ni internet.....

Depuis le début de la semaine, on est friday.....et pas n'importe lequel, le Black!.....

J'avoue qu'en cette période où beaucoup de monde explique que les fins de mois sont difficiles et où il semble de plus en plus évident que notre planète est de plus en plus essoufflée ça me gonfle un peu....

Et je me sens plus proche du Green Friday. Sans être écolo pure et dure il y a quelques idées à prendre....

Ceci dit, c'est un blog de cuisine ici, alors pour terminer la semaine, je vous propose une tarte pas soldée, mais pas très chère et raisonnable en empreinte carbone si vous utilisez au maximum possible des produits de votre coin et de saison. 




Elle est aux betteraves et fromage bleu.

La betterave est cuite avant: on peut l'acheter comme ça ou la cuire à la maison. C'est un peu long, mais on peut profiter d'allumer le four pour autre chose pour cuire sa betterave.

La recette:

Pour la pâte: (selon Marie Chioca)

  • 360g de farine T80 (semi complète)
  • 150g de vin blanc sec
  • 95g d'huile d'olive
  • 1/2 à 1 c à c rase de sel fin (on sale peu ici mais la recette initiale parle d'1 c à c)
Pour la garniture:
  • Une belle betterave rouge cuite
  • 2 oeufs
  • 20cl de lait
  • 20cl de crème
  • 1 c à s rase de fécule de maïs
  • 1 beau morceau de fromage bleu (fourme d'Ambert, mais vous pouvez en prendre un autre)
  • poivre
Mettre la farine et le sel dans un saladier.

Mélanger le vin blanc et l'huile et la verser sur la farine. Mélanger sans vraiment travailler la pâte.
L'étaler sur un plan fariné et en foncer un moule à tarte. Pour ma part, elle était un peu difficile à étaler au rouleau, je l'ai donc foncée à la main.
Réserver au froid au moins 30 minutes.

Délayer la fécule dans le lait.
Battre les oeufs, ajouter le lait et la crème, et bien mélanger. Poivrer à votre goût. 

Couper la betterave et le fromage en morceaux et les répartir sur la tarte. 

Verser le mélange aux oeufs par dessus et cuire environ 35 minutes au four à 180°.




Avec une petite salade de mâche, ou d'endives....ou des 2.....

Bon week end!

mardi 20 novembre 2018

Ma carbonavet de dimanche....ou, quand il y en a pour 2 il y en a pour 7....

Tout ça a commencé avec un article de Not Parisienne....Elle m'a fait envie avec sa carbonade de légumes d'hiver!

Mais ici, on est un peu attachés à nos habitudes et c'est difficile de se passer d'un plat de viande le dimanche midi. 

Alors, quand j'ai vu dans mon biocabas des carottes et des navets boule d'or j'ai commandé à La Ruche qui dit oui de la viande à carbonade et bricolé un plat que j'ai rebaptisé pour l'occasion:



Carbonavet, ça parle non?.....

Contrairement à la recette "officielle" j'ai déjà l'habitude de mettre des carottes dans ma carbonade. Et ces petits navets boule d'or sont tellement doux qu'il m'a semblé tout naturel de les ajouter....on se "vegétalise" doucement.....

Ma recette:

  • 1kg de "viande à carbonade" ou à bourguignon si vous préférez....c'est pareil: une viande à braiser
  • 500g de carottes
  • 500g de navets boule d'or
  • 3 beaux oignons
  • 75cl de bière
  •  1 c à c de baies de genièvre
  • 1 feuille de laurier
  • 6 tranches de pain d'épices
  • moutade
  • sel, poivre
  • un peu d'huile d'olive, ou arachide
La veille si possible, faire colorer la viande coupée en morceaux dans une cocotte avec un peu d'huile. Réserver.

A la place de la viande, faire revenir les oignons épluchés et émincés jusqu'à ce qu'ils soient transparents. 
Ajouter la viande puis la bière.
Mettre la feuille de laurier, les baies de genièvre, un peu de sel et de poivre et laisser mijoter 30 minutes.

Pendant ce temps, éplucher les carottes et navets, les couper en morceaux puis les ajouter dans la cocotte. laisser encore cuire environ 30 minutes.

Garder la cocotte fermée au froid jusqu'au lendemain.

Le lendemain, retirer le gras qui aura figé en surface et le remplacer par des tranches de pain d'épices largement tartinées de moutarde. Côté moutarde vers la sauce.

Laisser cuire encore au moins une heure.....ou plus si ça vous arrange.....


Au départ, quand j'ai commandé ma viande, on devait être 2 le dimanche. J' en ai quand même commandé un kilo....

Le lendemain, un message me demandait si 3 convives de plus dimanche seraient dans le domaine du possible....je me suis dit que j'avais bien fait....
L'un des 3 n'a que 2 ans....mais un bon coup de fourchette.

Et le dimanche matin, deux autres ont tenté leur chance.....et gagné!

On a ajouté d'autres légumes (en boite et surgelés) et quelques frites.....

Et il en est resté....on aurait pu être plus!

Cette recette va être proposée à Cuisinons de saison, elle est parfaite pour les jours frisquets que nous avons!


mardi 13 novembre 2018

Comme il n'y a pas que le jus dans la boite de pois chiches....

La semaine dernière vous aviez 2 utilisations du jus de la boite de pois chiches....

Au fait, comme l'orthographe des mots composés a parfois quelques mystères pour moi, j'ai vérifié: on écrit bien "pois chiches" au pluriel......

Bref, les pois chiches.....ils ont bien servi à quelque chose. Vous vous doutez bien que je n'ai pas ouvert la boite uniquement pour avoir le jus!
C'était un bocal d'ailleurs, et ils étaient bio et cultivés en France

Je vous avais mis une photo de salade dans l'article, mais je les ai aussi utilisés pour tester autre chose.


Des falafels....

Pour tout vous avouer, je n'en avais jamais fait et peut être bien jamais gouté.....

Comme j'avais un peu peur de les perdre dans un bain d'huile lors de la cuisson, j'ai emprunté la recette à Dorian qui l'avait lui même trouvée dans un joli livre. Je vous laisse aller voir ça.

La cuisson se fait au four. Je vous donne la version d'origine mais aussi mon interprétation avec ce que j'avais à la maison.

La recette:

  • 240g de pois chiches déjà cuits et bien égouttés
  • 5 branches de menthe fraîche éffeuillées
  • 5 branches de coriandre 1 c à s de coriandre hachée surgelée de MrPicard
  • 1 oignon nouveau 1 échalote et 1/2 c à s de ciboulette hachée surgelée
  • 2 gousses d'ail
  • 1 c à s de tahini
  •  le jus et le zeste finement râpé d'1 citron vert
  • 1/2 c à c de cardamone en poudre
  • 2 c à s d'huile
  • 30g de polenta précuite fine
  • 1 petit piment  une pointe de couteau de purée de piment
  • sel
Et pour la sauce:
  • 1 yaourt à la grecque
  • 1/2 1 citron vert: jus et zeste finement râpé (mon citron était minuscule)
  • 2 c à s de tahini
  • sel et poivre
Dans le bol d'un mixer hacher la menthe, l'ail et l'échalote. Ajouter la coriandre, la ciboulette et le piment.
Ajouter ensuite les pois chiches et mixer à nouveau, mais pas trop finement.

Verser dans un grand bol, ajouter les autres éléments et mélanger le tout, à la cuiller ou à la main.

Faire des petites boules de pâte et les entreposer un peu au froid pour les rendre plus fermes. Vous pouvez aussi faire pareil avec la pâte avant de faire les boulettes. Sauf si vous êtes pressés ou que vos boulettes se tiennent bien toutes seules.

Disposer un papier cuisson sur une plaque et l'huiler légèrement au pinceau. 

Y répartir les falafels et les huiler aussi légèrement à l'huile d'olive.

Les cuire une vingtaine de minutes au four préchauffé à 180° en les faisant tourner délicatement de temps en temps.

Pendant ce temps préparer la sauce en mélangeant les divers ingrédients. N'hésitez pas à goûter et assaisonner à votre goût.



Comme vous voyez en arrière plan on les a dégustés avec de la mâche...et on a bien apprécié!

Ils étaient certainement moins dorés que les classiques, poêlés dans pas mal d'huile. En plus, la lumière artificielle du soir ne leur rend pas vraiment honneur....
J'ai bien un magnifique studio photo mais je suis avant tout une ménagère qui photographie son assiette un peu à l'arrache avant de la déguster.....

jeudi 8 novembre 2018

Je ne suis pas devenue végane, mais.....

Mais quoi?

Mais je le regrette? pas vraiment...
Mais je vais le devenir?....je ne crois pas...
Mais je me soigne?....on peut presque le dire....

En fait, il peut y avoir de bonnes idées à prendre chez des gens qui a priori souhaitent avoir une alimentation plus saine, alors ce serait bête de s'en priver!

Quand en plus, on voit depuis quelques mois fleurir de jolies photos sur le net, que plein de blogs qu'on aime bien ont testé, on se dit qu'on a bien envie d'essayer le truc.


Et voici de jolies mousses au chocolat.....

Autant l'avouer tout de suite, elles sont au chocolat au lait....donc pas vraiment véganes!

Mais j'avais un stock un reste de chocolat Valrhona, acheté sur un site de vente privée un jour où je m'étais laissée aller.....

Cependant, ces petits mousses sont sans oeuf et, vous l'aurez deviné si vous suivez les blogs, au jus de boite de pois chiche...


Vous les voyez là?....on en en mangé pas mal cet été dans des salades et je trouvais bête de jeter le jus en sachant maintenant que ça pouvait servir!


Avec un fouet et quelques minutes de patience vous avez ça! 

Il vaut mieux un fouet électrique car c'est plus long à monter en neige que le blanc d'oeuf mais si vous aimez le sport, ne vous gênez pas....

Mousse au chocolat au lait au jus de pois chiche (ou aquafaba...c'est plus chic!)

  • 100g de jus d'une petite boite de pois chiche cuits (bio de préférence..)
  • 100g de chocolat au lait.
Faire fondre le chocolat et le laisser tiédir.
Battre le jus jusqu'à ce qu'il se transforme en neige ferme.
Ajouter progressivement au chocolat, avec une maryse jusqu'à amalgamer les 2. 
Répartir dans des ramequins et laisser au moins 1 heure au froid.

Elle était un tout petit peu trop sucrée à notre goût, mais je vais tester à nouveau avec un chocolat noir et ce sera parfait.

Mais ce n'est pas tout! 


Eh oui! On peut aussi en faire des meringues....

J'avoue humblement, j'ai eu un peu la flemme et ma "neige" n'était pas tout à fait assez ferme....et donc les meringues un peu raplapla...mais délicieuses!

Meringues au jus de pois chiche:

  • 100g de jus de pois chiche
  • 180g de sucre glace
  • Un c à c de fécule de maïs
Mélanger la fécule et le sucre glace. Si vous tamisez le mélange c'est encore mieux.

Battre le jus jusqu'à ce qu'il monte en neige (ferme....) puis ajouter progressivement le sucre en continuant de battre.

Dresser (à la cuiller ou à la poche) sur une plaque couverte d'un papier cuisson ou, sur un tapis silicone à empreintes, si vous voulez qu'elles soient bien rondes (tapis acheté dans une velléité de faire des macarons....testés une fois sans succès)

Cuire au moins 1 heure dans un four à 100°, et laisser refroidir dans le four pour qu'elles terminent de sécher

Et voilà!

Il parait que ça marche aussi avec le jus d'autres légumes secs...vous me raconterez....

jeudi 1 novembre 2018

Fruits d'ici....épices d'ailleurs....mais d'ici aussi...

Il ne vous aura pas échappé que je cuisine de plus en plus de produits locaux....

Mais on peut quand même avoir envie de parfumer un peu tout ça avec des ingrédients difficilement cultivables dans le nord de la France.

Surtout quand on a envie de tester plein de recettes du livre Jerusalem, de Yotam Ottolenghi et Sami Tamimi......

Alors pour fabriquer ça:


Il a fallu que j'utilise des épices venues d'ailleurs....et du vin blanc aussi...

Ceci dit, il me semble avoir goûté un vin blanc local au Bloempot, et mon safran a été cultivé tout près de lille.

Poires pochées au vin blanc et à la cardamone:
  • 50cl de vin blanc sec
  • 1,5 c à s de jus de citron
  • 100g de sucre en poudre (150 dans la recette d'origine)
  • 15 gousses de cardamone légèrement concassées (moins si vous en trouvez de très fraiches)
  • 1/2 c à c de filaments de safran
  • 1 pincée de sel
  • 4 poires entières, épluchées, en gardant la queue
Verser le vin et le jus de citron dans une casserole et ajouter le sucre, le sel et les épices.
Amener à ébullition et y plonger les poires.

Elles doivent être bien immergées, il ne faut donc pas prendre une casserole trop large, et on peut ajouter un peu d'eau si il faut.

Couvrir d'un papier sulfurisé et laisser frémir une vingtaine de minutes en les retournant de temps en temps. Les poires doivent être tendres mais encore fermes.

Retirer les fruits et laisser réduire le jus des 2/3 environ.

Arroser les poires de ce sirop et laisser refroidir.

On peut les déguster froides ou à température ambiante, c'est ce que j'ai préféré.

Il est conseillé de les accompagner de crème fraiche, mais je suis restée sage et me suis contentée d'un yaourt.....



En prime, vous avez la photo d'une recette "bricolage" faite ce matin.

Des quartiers de poires, cuites dans du jus de pomme (il me restait 1/2 bouteille entamée....) avec un bâton de cannelle.
Pas de sucre car j'ai trouvé que les fruits l'étaient assez, mais vous faites comme vous voulez.

Tout était local sauf.....vous avez deviné?

jeudi 25 octobre 2018

Bricolage de fin de saison....

Bricolage, oui parce que cette recette est, comme souvent une improvisation pour servir un repas équilibré, mais néanmoins goûteux, qui m'a dépannée un jour où comme souvent je manquais cruellement d'idées.....

De saison, parce que par chez nous l'été s'est prolongé jusque maintenant et on trouve encore des petites tomates cerises locales tout à fait respectables.....j'en ai même cueilli une dizaine dans le jardin ces derniers jours (oui, nous sommes de gros producteurs...)

Et ce qui ne gâte rien, j'ai pu accommoder ainsi un reste de pâtes...




Ces pâtes ne sont pas n'importe lesquelles ceci dit, elles viennent de la ferme des mions, à Hazebrouck, qui produit des farines et des pâtes bio, vendues en circuit court, comme La Ruche qui dit oui ou le Court Circuit.

Pâtes aux filets de maquereaux

  • Un reste de pâtes cuites
  • 1 boite de filets de maquereaux, au naturel ici mais fumés ou autre selon votre goût
  • quelques anchois à l'huile d'olive
  • 1 oignon
  • 2 gousses d'ail 
  • olives noires
  • câpres
  • tomates cerises
  • un peu d'huile d'olive
  • un peu de basilic
  • un peu de piment 
Eplucher et émincer l'oignon et commencer à le faire fondre dans un peu d'huile d'olive.

Ajouter l'ail épluché et émincé et les filets d'anchois, les écraser un peu puis ajouter les 3/4 de vos tomates, et cuire quelques minutes. Il faut que l'oignon soit cuit. Si les tomates en rendent pas assez de jus, mouiller avec un peu d'eau.

Ajouter alors les filets de maquereaux, les olives, et les mélanger au reste, tout en chauffant toujours, puis les pâtes. Chauffer tout ça en mélangeant doucement. Ajouter un peu de piment si vous le souhaitez (je mets une pointe de couteau d'un condiment très pimenté qui vient de la Réunion)

Terminer avec les dernières tomates cerises, crues, coupées en 2.

Au moment de servir, ciselez un peu de basilic par dessus.


Voilà voilà.....

Comme je l'ai beaucoup un peu oubliée ces derniers mois, je vais envoyer cette recette à Ciorane, la cuisine de quat'sous pour sa rubrique La cuisine des restes, qu'elle publie le 20 de chaque mois.....bon, elle l'aura pour novembre....


mardi 16 octobre 2018

Les choses les plus simples sont parfois les meilleures...

En ce moment, on entend et on lit beaucoup de choses sur notre alimentation. 

Parfois, il y a un peu de sensationnalisme dans les annonces mais au fond, ce ne serait peut être pas mal de mettre des choses un peu plus "naturelles" dans nos assiettes.....

Pour les quelques rares personnes qui me liraient depuis les débuts du blog, vous verrez que j'ai du quand même évoluer un peu dans ce sens.....mais ce n'est pas une raison pour se prendre trop la tête quand même....

Alors je vous propose une, ou même deux.(...ou plus, vous verrez ) recettes sans prise de tête, bricolées chacune un dimanche matin, à la fois simples, avec des produits de saison.


Celle ci est aux poires, mais le dimanche précédent elle était aux pommes....


Vous verrez que la recette contient un ingrédient industriel.....mais ne soyons quand même pas totalitaires en refusant certains bons produits....

La recette:

  • 250g de spéculoos
  • 100g de beurre
  • 3 belles pommes ou 4 belles poires
  • un peu de sucre en poudre (de coco pour moi)
Mixer les biscuits et les mélanger au beurre fondu pour faire une pâte.

Bien tasser celle ci dans le fond d'un moule à tarte et le mettre au froid.

Pendant qu'il refroidit, éplucher les fruits et les couper en tranches pas trop fines.

Répartir celles ci sur la pâte, saupoudrer d'un peu de sucre et cuire au four préchauffé à 190°, chaleur tournante pendant environ 25 minutes. (adapter selon votre four et surveiller)

Laisser refroidir dans le moule sur une grille.

Déguster à température ambiante 



Pour tout vous avouer, celle aux poires était assez indémoulable et ressemblait plus à un crumble dans l'assiette.

En fait, j'avais mis 75g de beurre au lieu des 100g de celle aux pommes, pour essayer d'alléger.....à vous de voir quelle est votre préférence mais les 2 solutions sont bonnes, seule la présentation peut laisser à désirer.....ce qui peut être gênant si on attend de vous le dessert plus que parfait....ce qui n'est pas le cas depuis longtemps à la maison...

Cette tarte peut se faire je pense avec toutes sortes de fruits pas trop juteux, c'est donc une mine d'idées pour vous dépanner toute l'année.

Vous pouvez aussi adapter le type de biscuits, et pourquoi pas utiliser des biscuits maison....

Les pommes et les poires étant bien de notre saison, je propose à nouveau cette recette à Cuisinons de saison.




mardi 9 octobre 2018

La malédiction a encore frappé...

Quelle malédiction?

Celle de la charnière non étanche....J'en avais déjà parlé il y a un peu plus d'un mois quand j'avais fait un sympathique cheesecake et que l'alarme anti incendie s'était mise en route....

J'avoue que ça s'était bien terminé, mais je ne pense pas avoir fait à nouveau de cheesecake depuis. Et même si le four a beaucoup servi, il n'a plus vraiment eu à subir de tels assauts.

Et puis samedi, j'ai eu envie de retenter l'aventure....



Je vais tout de suite mettre fin au suspense: il n'a pas débordé.....mais même si j'avais pris soin d'emballer le fond du moule dans un papier alu, de la matière grasse sournoise a réussi à s'échapper et le dessous de plat sur lequel j'ai posé le gâteau à la sortie du four s'est retrouvé nettement plus grassouillet qu'avant....

Alors je vous donne ma recette, mais si vous trouvez un système plus pratique que moi, dîtes le!

Comme ce gâteau me semble de saison, puisqu'aux poire et aux pommes, je vais le proposer à Cuisinons de saison, que Gut a remanié et qui est encore plus agréable à consulter quand on cherche à cuisiner les fruits et légumes de saison.



Cheesecake aux pommes, poires et caramel beurre salé

  • 250g de spéculoos
  • 75g de beurre
  • 150g de fromage frais à tartiner (genre Philadelphia ou St Moret)
  • 250g de ricotta
  • 150g de yaourt grec
  • 200g de mascarpone
  • 3 oeufs
  • 1 c à s de fécule de maïs
  • 4 petites pommes
  • 2 grosses poires
  • 200g de crème de caramel au beurre salé
  • 1 peu de beurre
La veille, ou quelques heures avant de cuisiner, mettre la ricotta et le yaourt dans une passoire recouverte d'un linge léger au dessus d'un bol et les laisser d'égoutter.

Eplucher les fruits, les couper en lamelles assez grosses et les faire revenir à la poêle dans un petit peu de beurre. En fin de cuisson, ajouter 2 c à s de caramel et mélanger. Réserver.

Mixer les spéculoos, mélanger au beurre fondu et tasser la pâte obtenue dans le fond d'un moule à charnière. Réserver au froid.

Dans un saladier, mélanger à la spatule le fromage, la ricotta, le yaourt et le mascarpone avec la fécule.
Ajouter les oeufs un à la fois, en les amalgamant bien à la spatule et terminer avec le reste du caramel, en en gardant un petit peu pour la déco.

Verser au dessus des spéculoos et répartir le reste de caramel à la surface, en faisant des stries avec un couteau.

Cuire 1 heure à 150° (chaleur tournante) puis laisser dans le four éteint au moins 1 heure.

Garder au froid quelques heures, idéalement une nuit avant de déguster.


Par précaution j'avais tapissé aussi l'intérieur du moule au papier cuisson, mais ça dépend de votre moule.....

Pour les fuites, vous me direz?

mercredi 3 octobre 2018

Du chocolat!

J'avais promis du sucré!

Voilà un gâteau!




Au chocolat, il faut ce qu'il faut!......

Mais comme je n'ai pas tout à fait abandonné mon idée fixe de légumes, vous allez voir que la recette, empruntée à Dr Chocolatine, et un peu modifiée, comme d'habitude, va vous permettre d'éventuellement les planquer dans le dessert....ou le goûter.

La recette:

  • 200g de farine de grand épeautre T70
  • 200g de courgettes râpées 
  • 100g de chocolat noir
  • 40g de cacao (mon chocolat n'était pas vraiment très noir....un reste de paquet...)
  • 4 oeufs
  • 100g de sirop d'agave
  • 50g de beurre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 pincée de sel
Laisser un bon moment les courgettes râpées dans une passoire, en les écrasant pour retirer le plus d'eau possible.

Travailler le beurre en pommade, ajouter le sirop d'agave puis les oeufs un à un, en mélangeant bien à chaque fois.

Mélanger le cacao, le sel, la farine et la levure et incorporer le tout au mélange précédent. Ajouter ensuite les courgettes et encore bien mélanger.

Verser dans un moule beurré (pas trop grand, voir plus bas...) et mettre au four préchauffé à 220° puis baisser tout de suite à 180° et cuire 30 minutes.

Laisser bien refroidir avant de le manger, il est encore meilleur le lendemain.



Mon moule n'était peut être pas le meilleur pour la recette, il en aurait fallu un plus petit. Allez voir chez Dr Chocolatine, son gâteau est beaucoup plus épais....

Et puis, je n'avais sans doute pas assez égoutté les courgettes qui ont relâché de l'eau en cuisant et laissé des bulles dans la pâte.....

Ou alors j'ai été trop vigoureuse dans mon mélange de pâte et ai incorporé de l'air....

Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé, mais je sais qu'il était quand même bien bon!


mardi 25 septembre 2018

Encore des légumes!....

Eh oui!.....encore des légumes, c'est bon pour la santé!...

Et puis ça peut être même bon!

Et puis il ne faut pas forcément passer des heures dans sa cuisine pour les préparer....

Et puis on peut en faire un plat complet...


Un petit flan aux courgettes, oignons et parmesan...

La recette:

  • 2 belles courgettes
  • 2 gros oignons
  • 250g de ricotta
  • 3 oeufs
  • 1 beau morceau de parmesan
  • sel, poivre
  • un peu d'huile d'olive
Eplucher et émincer les oignons et les mettre dans une poêle avec un peu d'huile d'olive.
Les cuire à feu moyen jusqu'à ce qu'ils commencent à devenir transparents.

Laver les courgettes et les couper en morceaux. Les ajouter dans la poêle et, sur feu un peu plus vif, les cuire quelques minutes en remuant souvent. Elles doivent rester fermes mais commencer à colorer.

Battre les oeufs. Ajouter la ricotta, le parmesan coupé en lamelles, saler et poivrer.

Ajouter aux légumes.

Huiler un plat, y verser le mélanger et cuire environ 30 minutes à 180°.



On peut le manger chaud ou tiède.

Ce qui est pratique, c'est qu'on peut précuire les légumes un peu à l'avance, les laisser attendre le temps nécessaire et finaliser avec les oeufs et la ricotta puis cuire un peu plus tard.....

Bon, la prochaine fois, on fait du sucré!

jeudi 20 septembre 2018

Recette d'après jardinage....

Soyons honnête, ma version du jardinage se limite à la culture sur.....1 mètre carré, plus ou moins.....de quelques herbes aromatiques. Mais c'est quand même source de satisfaction!

Quand nous sommes partis, en juin-juillet, c'est la voisine et son fils qui se sont très gentiment et efficacement chargés de l'arrosage du jardin et des plantes vertes de la maison. 
J'avais des craintes car il avait fait exceptionnellement beau et chaud, mais j'ai eu la joie de trouver un petit "potager" en pleine forme. Il avait même besoin d'être taillé, ce qui m'a donné une jolie récolte d'herbes fraîches à utiliser rapidement.

Je présente cette recette maintenant car on arrive en fin de saison, et je pense que ceux qui ont comme moi quelques pieds de choses vertes comestibles vont devoir les couper pour ne pas risquer de les voir se ratatiner avec la baisse des températures que nous annonce Mr météo......du moins par chez nous.


Vous la voyez cette jolie couleur verte?....d'accord, la tarte n'est pas super épaisse, mais elle était bien goûteuse!

Comme le retour de vacances m'incitait un peu à assagir mon alimentation, j'ai utilisé une pâte à IG bas, trouvée chez Marie Chioca, mais vous pouvez utiliser une autre si vous préférez!
Elle contient de la farine de sarrasin, assez facilement trouvable, et de la farine d'orge mondé, plus confidentielle.....pour ma part, je l'ai commandée sur internet.

La recette:

  • 200g de farine d'orge mondé
  • 150g de farine de sarrasin
  • 1 c à c d'origan séché
  • 80g d'huile d'olive
  • 180g de vin blanc sec
  • 1 c à c de sel fin
  • 3 oeufs
  • 250g de ricotta
  • Une ou 2 poignées herbes fraîches, pour moi: persil, origan, ciboulette 
  • piment d'espelette, sel
Mélanger les farines, l'origan sec et le sel. Au centre, verser l'huile et le vin et mélanger jusqu'à obtenir une pâte souple et homogène.

Etaler la pâte assez finement entre 2 papiers cuisson et foncer une tourtière. Garder les chutes de pâte.

Ciseler les herbes.

Battre les oeufs avec la ricotta, saler et ajouter un peu de piment d'espelette. Ajouter les herbes, mélanger et verser sur le fond de tarte.

Avec les chutes de pâte, faire des bandes et les disposer à la surface.

Cuire 30 à 35 minutes au four préchauffé à 180°.


Les bandes de pâte du dessus peuvent être plus artistiques si vous voulez!....

J'avais aussi de la menthe et de l'estragon, mais j'avais peur qu'ils prennent le dessus sur les autres herbes.....si vous essayez d'autres mélanges, racontez moi.