lundi 16 juillet 2018

Des idées pour les déjeuners d'été...

Mes vacances se terminent doucement.....je reprends un peu le chemin du blog....histoire de me ré-habituer à l'usage de l'ordinateur, un peu délaissé ces derniers temps....

Il faut dire que j'avais d'autres activités....


Oui, oui.....ça occupe....

Pour ceux qui se demandent à quel endroit je suis, je ne vais pas être trop précise, par égoïsme pur....

Ce que vous avez devant vous est une plage de la côte d'Azur, un 13 juillet vers 11h....surpeuplé, non?....d'accord, on marche un petit peu pour ne pas se poser juste devant le parking, mais ça en vaut la peine, non?....

Et puis, une semaine a été aussi un peu plus animée que les précédentes....


Vous devinez?....une animation bien agréable en tous cas....le remplissage et vidage de seaux n'a plus de secret pour moi, même si je n'atteins pas la maestria de MrD en constructions de sable...

Après la plage du matin, retour au bercail pour un repas froid. Ici, c'est salades diverses le midi, et un peu plus cuisiné le soir.

Je ne vous donnerai pas l'adresse de ma plage, mais je vais quand même être sympa et vous donner quelques idées de salades. J'ai moi même emprunté des recettes sur le net (peu d'ordi, mais un smartphone....) alors à mon tour de partager.

Certaines étaient le pur produit de mon imagination devant le contenu du placard ou du frigo.


Vous avez là, une salade de betteraves (achetées cuites, faut pas pousser...) et de tomates, associée à un reste de pommes de terre assaisonnées avec de l'huile d'olive, du vinaigre de cidre, oignon, persil et ail.
Derrière, ce sont des harengs fumés, eux aussi avec de l'oignon, du persil et du vinaigre.


Ici, c'est un reste de quinoa cuit la veille, traité façon taboulé, avec du persil, de la menthe, du jus de citron et de l'huile d'olive.


Dans le même genre, le quinoa est associé à des lentilles (en boite), des dés de tomates et de la truite fumée. Toujours avec de l'ail et du persil.


Il n'y a pas que les lentilles en boite qui sont utiles. Ici, ce sont des haricots verts et blancs qui se mélangent aux tomates, morceaux de magret fumé, ail et persil.



En voilà une qui demande un peu plus de travail, mais peut se préparer la veille. Il vaut mieux d'ailleurs car les goûts se mélangent alors divinement. Elle contient de l'aubergine, des oignons et des pois chiche.

La recette est celle de Cuisine de Gut. Je vous laisse aller la voir chez elle. J'ai pris quelques libertés en ajoutant quelques lamelles de poivron rouge et en remplaçant les épices que je n'avais pas par un peu du mélange de Mr Ducros pour kébab.....ses petits sachets sont bien pratiques en vacances et en regardant la composition, on les adapte à plein de bonnes choses.

Gut la servait avec des moules.....j'ai simplifié et une boite de maquereaux à l'escabèche a tout à fait convenu.

Avec des pois chiche, j'ai aussi testé une recette de Un déjeuner de soleil, une salade à l'espagnole. Pas de photos.....j'avais trop faim peut être!....
Là aussi , je vous laisse aller voir chez elle...

Et pour terminer, vous avez la photo d'une double salade!....eh oui, on finit parfois les restes des restes.....à ma droite: semoule, tomates, concombre et à ma gauche: riz, tomates cornichons.....

Quelques soient les associations, vous remarquerez qu'il y a très souvent des tomates, dans la salade ou à côté....c'est le moment ou jamais d'en manger et il serait bête de s'en priver!

En achetant au début des vacances un pot de menthe et un de basilic et en ayant la chance d'avoir à côté une petite épicerie régulièrement approvisionnée en persil frais, j'ai le choix pour les herbes....

Une bouteille d'huile d'olive, une autre de vinaigre de cidre et une toute petite de balsamique sont aussi des achats de base....

J'espère avoir été un peu utile à vos prochaines ou actuelles vacances.....ou à vos repas à la maison...et espère que le temps pourri qu'on a aujourd'hui ne va pas durer!....

mercredi 4 juillet 2018

Histoire d'une brioche qui avait pris le train

Il y a quelques temps, je vous avais parlé de petits grignotages que j'avais fabriqués pour participer à des pots de départ.

Mais ce dernier ne coïncide pas toujours avec le vrai dernier jour de boulot. Et celui là, il faut aussi le fêter dignement....on ne peut pas laisser partir comme ça les gens avec qui on a partagé plein de choses....

Comme ce dernier jour se terminait à l'heure du goûter, il fallait bien se sustenter dignement avant de se dire au revoir....une collègue avait fait un très bon gâteau au chocolat, une autre avait apporté de quoi nous hydrater, même si la chaleur était un peu moindre que maintenant...et j'avais apporté ça:


En fait, j'en ai apporté une.....

C'est une brioche toute sage en fait, elle est aux petits suisses, selon une recette empruntée au blog Vanille et chocolats, un peu modifiée pour être encore plus sage...ou presque.

La recette:

  • 500g de farine T65
  • 5g de levure sèche de boulangerie
  • 2 oeufs associés à du lait pour atteindre 200g (on met un bol sur une balance, on tare, on y casse 2 oeufs et on ajoute du lait jusqu'à afficher 200g....)
  • 80g de sucre de coco
  • 1/2 c à c de sel
  • 4 petits suisses
  • sucre en grains
Dans le bol du robot (à la main si vous avez du courage...) mettre la farine, le sucre, le sel et bien mélanger. 

Mettre la levure au centre puis verser le mélange oeufs-lait et les petits suisses. Mélanger d'abord doucement au crochet ou à la feuille, puis pétrir au crochet au moins 10 minutes, sans doute un peu plus, jusqu'à ce que la pâte se détache des bords et grimpe le long du crochet...si, si...

Rabattre la pâte en boule, couvrir d'un torchon et laisser la pâte doubler de volume dans un endroit tiède.

Elle est très molle, elle sera plus facile à travailler, si vous avez le temps, en étant rabattue puis mise au froid pour la nuit, ou au moins 1 heure.

Reprendre la pâte et la façonner, en boules dans la recette initiale, en tresses pour moi. Les déposer sur une plaque recouverte d'un papier cuisson.

Laisser à nouveau gonfler dans un endroit tiède.

Pendant que le four préchauffe à 180° (si possible, chaleur par le bas, avec un plat d'eau sous la grille), badigeonner la surface de lait avec un pinceau et répartir du sucre en grains par dessus.

Cuire 25 à 30 minutes. 

Laisser refroidir sur une grille.



J'ai mis du sucre de coco et de la farine moins blanche, dans le but d'obtenir un indice glycémique pas trop élevé.....ce qui a été anéanti par le sucre en grains.....mais on ne peut pas être parfait!

Comme vous le voyez, il y a 2 brioches.....l'une fût entamée au boulot et partagée entre les collègues et l'autre, commencée à la maison au petit déjeuner du lendemain n'a pas été terminée avant notre départ en vacances tout proche....alors elle a voyagé, très bien et a terminé sa carrière sous d'autres cieux....


Bleus les cieux.....forcément....

mercredi 27 juin 2018

Tourisme artistico-gourmand et fraises...

L'avantage d'être plus âgé, c'est qu'on est moins tenu au respect de certaines dates pour prendre des vacances....c'est du bord de la Méditerranée que j'écris cet article et dans ma grande bonté, je partage avec vous une jolie découverte.

Pour commencer, une petite recette quand même....faite avant de partir, mais qui pourrait vous être utile pour bricoler un petit dessert de saison.....avec des fraises...


En fait, c'est une rediffusion d'une recette déjà faite il y a longtemps, à base de lait concentré non sucré. 

Cette fois, elle a été un peu "customisée" mais elle est toujours très simple...

La recette:

  • 200ml de lait concentré non sucré
  • jus d'1/2 citron
  • 250g de fraises
  • 1 à 2 c à s de sirop d'agave (selon le degré de sucrage des fraises)
  • quelques biscuits à la cuiller
  • un peu de sirop de verveine
  • un peu de gin
Laver les fraises, les sécher, les équeuter et les couper en morceaux.

Garder les plus beaux pour la déco et mettre le reste dans un blender avec le sirop d'agave. Mixer pour obtenir un coulis.
Réserver au froid.

Verser le lait dans un bol (après l'avoir laissé au moins 1 heure au froid), ajouter le jus de citron et fouetter jusqu'à obtenir une mousse.
Ajouter alors le coulis et mélanger avec précaution.

Tremper les morceaux de biscuits dans un mélange de sirop de verveine et de gin et les répartir au fond de 6 verres. 

Répartir la mousse par dessus et réserver au moins 1 heure au froid avant de déposer les derniers morceaux de fraises par dessus et de servir.



Il faut les manger dans la journée, la mousse ne tient pas vraiment très longtemps, le lendemain il y a du jus de fraises dans le fond....ce n'est pas mauvais mais pas forcément présentable...

J'ai essayé d'ajouter 2 feuilles de gélatine, mais ça ne tient pas beaucoup plus longtemps.

Pour le sirop de verveine.....je ne pense pas avoir publié la recette. Il est à base de verveine citronnelle du jardin et j'avais trouvé sur internet comment faire......je vous raconterai une autre fois....mais je ne doute pas que vous saurez vous débrouiller ou remplacer par ce que vous avez!

Tourisme maintenant!....


Il faudra d'abord prendre le bateau car nous partons sur l'Ile de Porquerolles.


Une fois débarqués, c'est Sophie qui nous a montré le chemin....j'espère quand même qu'elle aura retrouvé son propriétaire ensuite...

C'est au domaine de La Courtade qu'est installée la Fondation Carmignac. Elle a ouvert en début de mois et il est conseillé de retenir son entrée par internet car 50 personnes seulement sont accueillies par demi heure. Vous restez le temps que vous voulez ensuite....

La visite commence par le bâtiment, elle se fait pieds nus...si, si....vous laissez vos chaussures à l'entrée. personnellement j'ai trouvé le sol de pierre un peu froid, mais il parait que ça se réchauffe en cours de journée....

Les oeuvres sont surtout modernes, même si on peut admirer une Vénus de Boticelli. C'est l'architecture des lieux, à la fois protégés et ouverts vers l'extérieur qui m'a le plus bluffée...



Le grand jardin se visite ensuite, conçu comme le dit leur site comme un "non jardin" respectant la végétation naturelle des lieux le plus possible. Des oeuvres y sont exposées, qu'on découvre au fil de la promenade.

Et si on a une petite faim?....pas de problème!


Qu'en pensez vous?.....

Et ceci se déguste dans l'ombre de grands arbres....

C'est dans le parc de la fondation, au niveau des anciens chais....on peut d'ailleurs y boire le vin local. Nous avions plutôt soif, et c'est une bière brassée à Porquerolles qui nous a désaltérés....après une grande bouteille d'eau...

A gauche, il y avait du thon mariné au combava et plein de bonnes petites choses à grignoter...à droite vous aurez reconnu la tropézienne....toute fraîche et généreusement servie.

Le service est encore un peu hésitant mais ça vient d'ouvrir, il faut du temps à l'équipe pour prendre ses marques. Les prix sont très acceptables et ce sera toujours beaucoup plus agréable que les restaurants du centre de l'ile, un peu fort chargés en touristes...déjà en juin, je n'ose imaginer en août...

Je sais....on en est de ces touristes!.....mais nul n'est parfait!

jeudi 21 juin 2018

Grignotages pour pots...

Je suis bien consciente que ce titre n'est pas très explicite.....j'aurais pu parler d'apéros, mais il s'agit en l'occurence de ce qu'on nomme des "pots".....encore appelés "pots de départ".

Quand on arrive à mon âge avancé, on fête plus de départs en retraite que de nouvelles embauches, et les semaines passées il y a eu 2 de ces occasions dans mon entourage proche, familial et professionnel.

Maintenant, ce que je vais vous proposer convient tout à fait aussi pour les pots d'arrivée, les communions, les anniversaires ou les simples apéros de vacances!


D'abord, des petits muffins aux tomates séchées...

La recette:

  • 2 oeufs
  • 240g de farine (soit 2 fois le poids des oeufs sans coquille)
  • 240g de lait fermenté
  • 100g d'huile d'olive
  • 100g de parmesan fraîchement râpé
  • 100g de tomates mi séchées (de chez Olivier and co....ou autres) coupées en petits morceaux
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • sel
  • piment d'espelette
Battre ensemble les oeufs, le lait et l'huile dans un bol ou un pichet (c'est pratique).

Dans un saladier, mélanger les autres ingrédients. Verser par dessus le contenu du pichet et mélanger rapidement sans chercher à obtenir quelque chose d'homogène.

Répartir la pâte dans des petits moules à muffins, ou dans les alvéoles d'une plaque à muffins, et cuire 15 à 20 minutes au four préchauffé à 180°, chaleur tournante.

Laisser refroidir sur une plaque et ne pas trop tarder à les manger, c'est meilleur tout frais


Sinon, je peux vous proposer aussi des biscuits apéro....mais comme je suis un peu flemmarde et que j'aime rendre à César ce qui lui appartient, je vais vous donner les liens vers les recettes, sur les blogs d'origine, avec juste ma petite touche personnelle....

Cette touche étant de me faciliter les choses.....au lieu de me servir d'un rouleau et d'emporte-pièces, comme les auteurs des jolis biscuits qui m'ont fait craquer, j'ai façonné des rouleaux de pâte et les ai aplatis un peu pour former vaguement un carré.....avant de les emballer dans un film.

Après quelques heures au froid, il suffit de les découper le plus finement possible et de les disposer sur une plaque couverte d'un papier cuisson.


Vous pouvez voir qu'ils ne sont pas vraiment réguliers....mais ça leur donne un petit côté plus artisanal, non?.....en plus, il faisait vraiment chaud le jour où je les ai faits, et les rouleaux de pâte avaient un peu de mal à se tenir....

Vous avez là, en haut, des crackers au sésame, fenouil et huile d'olive de "Un déjeuner de soleil", en bas à gauche, des biscuits à l'huile d'olive et tomates séchées de Carole, d'Alter Gusto , au pécorino dans la recette d'origine, remplacé par du parmesan chez moi, et en bas à droite, des sablés aux amandes, huile d'olive et romarin de Carole également.

Si ils ne sont pas tous mangés tout de suite, ils conservent bien quelques jours dans une boite hermétique.

N'hésitez pas à cliquer sur les liens, surtout....vous verrez que ça vaut la peine, ne serait ce que par les jolies formes qu'elles ont peu donner à leurs biscuits...étant nettement plus courageuses que moi!

Pour terminer, en ce jour de fête de la musique, un petit clip qui parle de départ en retraite....peut être pas des plus gais....mais la chanson a été composée et est interprétée par des gens qui me sont chers, et le clip a eu récemment le 1er prix catégorie étrangers, dans un festival à Sidney....


Enjoy!......

jeudi 14 juin 2018

On en mangerait!

J'aime beaucoup les crèmes...., de toutes sortes...

Il en existe de plus facile à faire que d'autres, celle ci est ultra rapide, et avec 2 ingrédients seulement....enfin, 3 si vous voulez ajouter un petit quelque chose en plus....



Sympa, non?...

Les 2 ingrédients? du beurre de karité et de l'huile de coco....

Et pour tout vous avouer, elle est plutôt à se tartiner sur la peau qu'à présenter comme dessert...

C'est une crème après soleil, ou de nuit, ou de quand vous voulez, dont j'ai trouvé la recette l'été dernier sur la page Facebook du Grand défi zéro déchet d'Alice.



La recette est donnée par Alice, qui tient le magasin Day by Day de Lille, une boutique de vente en vrac. Elle y est avec Romu, de la savonnerie de Romu, qui fabrique des cosmétiques bio, 100% naturels, équitables et les vend par internet, ou dans certaines boutiques. Pour ma part, je l'ai découvert par La Ruche qui dit oui. Les ingrédients s'achètent chez Day by Day, où vous allez avec vos propres bocaux. On en trouve aussi sur place. 

La recette:

  • 50g de beurre de karité bio
  • 50g d'huile de coco bio
  • huiles essentielles si vous souhaitez un parfum
Mettre les 2 ingrédients dans un bocal, Mettre celui ci au bain marie sur feu très doux et laisser fondre. On peut ajouter quelques gouttes d'huiles essentielles à la fin.

Un petit séjour au frigo et c'est tout!

Vous pouvez voir sur le vidéo que ça se fait aussi dans une casserole, mais ma méthode évite une vaisselle! et on vous en expliquera plus sur l'ajout d'huiles essentielles.

Si vous prenez de l'huile de coco vierge, non désodorisée, votre crème aura une petite odeur exotique sympathique.

N'hésitez pas....et n'ayez pas peur, ça ne rend pas la peau grassouillette mais toute douce, et ça ne tâche pas les vêtements. On peut aussi l'utiliser sur les cheveux, mais je n'ai pas testé.

Et si vous avez envie de le manger, pas de problème, c'est comestible!


lundi 11 juin 2018

Un gâteau du dimanche pour une photo de truc....

Dimanche, famille....vous associez quoi, vous?

Moi, c'est souvent cuisine ou pâtisserie....

Hier, je n'ai pas voulu changer mes bonnes habitudes, mais quand même, c'était l'occasion de tester une des recettes d'un livre de Marie Chioca et de se faire plaisir sans trop accumuler les calories sucrées.


Si, si....c'est très raisonnable!

J'ai utilisé sa recette de génoise aux fraises, qui privilégie les ingrédients à index glycémique bas. Bon, pour la chantilly, j'avoue avoir employé du sucre glace classique, mais 40g pour 8 personnes, avouez que ça fait quand même peu!

J'avais quelques craintes pour la dégustation car un essai précédent de pain d'épices un peu trop sec n'avait pas réuni tous les suffrages.....mais c'était juste top! et facile à faire.

Les ingrédients employées peuvent se trouver en magasin bio ou sur internet. 

La recette:

  • 4 oeufs
  • 10cl de sirop d'agave
  • 1/2 c à c d'arôme amandes amère pour pâtisserie
  • 1 c à s de rhum
  • 100g de farine de petit épeautre T70 (110 dans la recette, pas trouvé....)
  • 60g de farine d'orge mondé
  • 1/2 sachet de poudre à lever (5 à 5,5g selon les marques....)
  • 250ml de crème fraîche liquide entière
  • 125g de mascarpone
  • 40g de sucre glace
  • 1 gousse de vanille
  • 400g de fraises, équeutées et coupées en 2
  • quelques feuilles de menthe pour la déco
Dans le bol d'un robot, ou dans un grand bol, mettre les oeufs et le sirop d'agave, le rhum et l'arôme amande. Fouetter d'abord à petite vitesse puis au maximum jusqu'à obtenir une masse mousseuse, claire, qui a triplé de volume (bien 10 minutes....). C'est plus facile au robot ou au fouet électrique....à la main, il faudra un peu de poigne.

Tamiser les farines et la levure. Les ajouter très progressivement au mélange précédent, en soulevant bien la masse, avec une spatule ou une écumoire (si, si....astuce trouvée chez Edda, Un déjeuner de soleil).

Verser dans un moule à manqué beurré, de 24cm de diamètre et cuire au four préchauffé à 180°, chaleur tournante, pour 15 minutes. (moule à savarin dans la recette d'origine)

Laisser complètement refroidir avant de démouler. 

On peut le faire la veille et le garder filmé sans problème.

Tamiser le sucre glace et y ajouter les graines de la gousse de vanille. 

Verser la crème et le mascarpone très froids dans le bol du robot très froid et commencer à fouetter avec un fouet très froid.....quand la chantilly commence à monter, ajouter le sucre vanillé et arrêter quand l'ensemble est bien ferme. Verser dans une poche à douille.

Couper le gâteau en 2. Sur la partie inférieure, mettre la moitié de la crème et la moitié des fraises. Remettre l'autre partie par dessus et pocher le reste de crème, plus artistiquement si possible. Ajouter le reste des fraises et les feuilles de menthe.

Remettre au froid avant de servir.



Mais que vient faire le truc du titre me direz vous?...

C'est que Dr Caso a relancé son petit jeu comme je les aime: La photo de truc qui consiste à photographier un truc....enfin, pas n'importe lequel, il y a un thème!

Et cette fois c'est: un truc du dimanche

Alors je lui ai envoyé ça:


D'accord, c'est un peu moins glamour que les 2 photos précédentes....et on voit que mon frigo est bien garni de bières....mais ça m'évoque le dimanche: 

Le reste de gâteau que tu as mis longtemps à préparer, qui a été englouti avec plaisir par tes enfants et petits enfants et que tu es bien contente de voir dans le frigo pour te régaler encore égoïstement le soir devant la télé...


Et voilà.....si vous voulez savoir ce que d'autres imaginent comme étant "du dimanche" allez voir chez Dr Caso, elle ne va certainement pas tarder à publier tout ça!

jeudi 7 juin 2018

Toujours des asperges!

Cette année, je me suis laissée aller sur mes achats d'asperges on dirait!

Quand nous étions en Belgique, j'avais raconté que la patronne du restaurant les avait préférées aux moules pour son menu du jour. 
Dans mon esprit, asperges et Belgique n'étaient pas automatiquement liées, comme la paëlla et l'Espagne, ou la panse de brebis farcie et l'Ecosse...


Pourtant, elle poussent facilement là bas. La preuve, cette photo prise lors d'une balade dans les dunes où nous avons eu la surprise de les voir tranquillement à l'état sauvage.

Les lapins ne doivent pas trop apprécier car, vu le nombre de terriers et de crottes sèches dans le coin, c'est étonnant qu'elles aient pas été grignotées....mais c'est une autre histoire!

Dans notre région ça pousse bien aussi, forcément...et grâce au Biocabas et au Court circuit, nous avons eu l'occasion d'en manger de toutes fraîches, qui n'avaient pas beaucoup voyagé.

Cette fois, je vous donne une recette d'asperges blanches, que j'ai trouvée sur le site de Rustica.


Elles ont pris pour l'occasion un goût un peu méditerranéen, car elles étaient cuites au four, avec de l'huile d'olive, des câpres et des anchois.

La recette parlait d'une cuisson uniquement au four, mais mes asperges étaient très grosses, alors j'ai préféré les pré-cuire à l'eau. Et je pense avoir bien fait car elles étaient juste fermes comme il fallait.

Je vous donne ma version, mais n'hésitez pas à aller voir celle d'origine.

Ma recette:

  • 500g d'asperges blanches
  • 1 citron bio
  • 2 branches de thym
  • 6 anchois à l'huile d'olive
  • 4 cuillers à soupe de câpres au vinaigre
  • 4 c à s d'huile d'olive
Blanchir d'abord les asperges épluchées dans de l'eau bouillante et bien les égoutter.

Les couper en 2 dans la longueur et les déposer sur une plaque recouverte d'un papier sulfurisé.

Dans un mortier, mettre le zeste finement râpé du citron, les feuilles de thym, les anchois et les câpres. Ecraser le tout en ajoutant progressivement l'huile d'olive et le jus du citron.

Verser la moitié sur les asperges et bien les enrober (avec les mains, c'est le mieux)

Cuire au four préchauffé à 180° en chaleur tournante pendant 20 à 30 minutes.



En principe, on arrose ensuite les asperges avec le reste de la sauce. Mais comme je voulais un plat complet, j'ai mis au four en même temps des morceaux de poisson surgelés de Mr Picard, eux aussi enduits de sauce et  tout était cuit à la sortie du four. 

Mais je ne les ai pas pris en photo: des carrés de poisson, ça n'a pas forcément d'intérêt visuel!


vendredi 1 juin 2018

Et la crème?....

Dans mes 2 derniers articles, j'ai été très très bavarde et j'ai oublié de vous donner la recette de la crème qui accompagnait la salade d'oranges!


Elle s'appelle Mouhalabieh, est d'origine libanaise, toute fraîche et simple à faire.

Je ne peux exactement vous dire d'où vient la recette que j'ai faite car, comme souvent, j'en ai lu une bonne dizaine sur le net avant d'en faire un peu à ma sauce; je ne garantis donc pas du tout qu'elle soit la "vraie" recette, mais je peux vous affirmer qu'elle est très bonne....

La recette:

  • 75cl de lait ( j'ai employé du lait de ferme pasteurisé, entier...vous ferez avec ce que vous voulez. C'est plus crémeux comme ça quand même...)
  • 45g de crème de riz (fécule de maïs à défaut)
  • 45g de sucre de canne blond
  • 2 c à s de miel d'acacia
  • 3 c à s d'eau de fleur d'oranger ( de la vraie, pas aromatisée)
  • une poignée de pistaches mondées, non salées  
Délayer la crème de riz dans une partie du lait puis ajouter le reste. Verser dans une casserole, ajouter le sucre et le miel et cuire à feu moyen en remuant une dizaine de minutes. On doit obtenir la consistance d'une crème anglaise.

Ajouter l'eau de fleurs d'oranger, et répartir dans 4 ou 6 coupelles (selon le nombre de convives et leur appétit)

Couvrir et garder quelques heures au froid.

Hacher grossièrement les pistaches au couteau et les faire légèrement torréfier à la poêle, sans graisse.

Servir bien frais, parsemé de morceaux de pistache au dernier moment.

Je sais que les oranges ne sont plus vraiment un fruit de saison, mais j'ai comme qui dirait l'idée qu'avec des jolies fraises cette crème devrait être assez sympathique!

dimanche 27 mai 2018

Week end princier....

Quand le comité d'entreprise a proposé, comme en 2015 un week end à Londres, nous en avions un si bon souvenir que nous nous sommes vite inscrits. Il y a plusieurs mois.

Et plus la date approchait, plus il devenait évident que nous ne serions pas les seuls à avoir eu cette idée....


Dès l'embarquement à Lille Europe, nous étions dans le bain....

Mais soyons honnêtes, comme nous n'avions pas prévu d'aller à Windsor, la foule londonienne ne nous a pas parue beaucoup plus importante que d'habitude.

Ceci dit, on ne pouvait pas le manquer ce mariage....



Toutes les télés montraient l'événement, en boucle....Je ne suis cependant pas bien sure que ces messieurs accoudés dans un pub de Camden Town soient vraiment mis en joie par ce qui se passe au dessus d'eux.....je les ai un peu floutés au cas où ils tiendraient à leur anonymat...

Nous, pendant ce temps, on s'hydratait.....


C'est qu'il faisait beau et chaud....et la marche à pieds intensive ça donne soif!

On n'a pas bu que ça, rassurez vous. La facilité qu'on a en Angleterre à pouvoir sans restriction avoir de l'eau du robinet (demander "tap water") au restaurant nous ravit à chaque fois. Que ce soit en verre, qu'on vient vous remplir sans même le demander parfois, ou par carafe bien fraîche, rien de comparable avec la France où il faut souvent réclamer plusieurs fois avant d'avoir sa ration d'eau tiède....(pas partout, heureusement...j'exagère un peu....). Et ne parlons pas de la Belgique où c'est impossible: pas d'autre choix que l'eau en bouteille....

Bref, c'était ma minute râleuse...

Etant donné ce temps magnifique, pas question de s'enfermer dans les musées.....Londres regorge de promenades à l'air libre.



Par exemple, les bords de Regent's canal, ici entre Little Venice et Camden. Cliquez sur ce lien pour découvrir....

Et pour les amateurs de jardins magnifiques, ou tout simplement d'immenses pelouses où on a le droit de marcher, de s'allonger, de jouer, de manger....enfin de tout ce que vous voulez...Kew Gardens.


Et si vous aimez les serres, il y en a pour tous les goûts, de la plus petite comme celle ci, pour les plantes aquatiques, aux plus grandes....


Comme celles là, vues du haut d'une promenade aménagée à la cime des arbres....

C'est un peu loin du centre de Londres mais ça vaut vraiment le coup d'y passer une journée...(et le coût....17 Livres, 15 après 60 ans...). Vous aurez peut être plus de chance que nous...


On aurait du se méfier en voyant ces quais déserts.....ça ne collait pas avec la foule des lignes de métro précédentes.....il y avait plusieurs tronçons fermés pour le week end et nous avons mis 2 heures au lieu des 50 minutes annoncés sur mon appli d'itinéraires....en finissant en Uber sinon je pense qu'on en aurait mis 3.
Le soir, on était prévenus....et on a pris un bus pour rattraper le métro.....et tomber sur une station bouclée....
Heureusement que les gens sont spontanément gentils et qu'un monsieur a du voir notre air déconfit et hagard et nous a indiqué par où aller... on a mis 2 heures aussi.... et le pub que MrD avait repéré pour souper dans le guide du routard, près de l'hôtel, ne servait plus que des boissons.....

Nous sommes rentrés dans une pizzeria  au hasard, qui s'est avérée très sympathique! Panzo, dans la rue de ce qui s'avère être, je le découvre maintenant Exmouth market, très vivant.....sauf le dimanche soir!

Sinon, à Kew gardens, on peut aussi trouver de quoi manger. Nous avons pris, sur le coup de 15h30, un déjeuner assez pantagruélique à l'Orangerie restaurant. Le plat chaud du jour: rôti de boeuf ou poulet. Le rôti semblait un peu bof....alors ce fût poulet:  un demi par personne, servi sur un mont de pommes de terre et légumes racines rôtis au four, le tout surmonté d'un yorkshire pudding et d'une louche de gravy.......Je n'ai pas tout mangé, mais c'était très correct pour ce genre d'endroit.
Mais il y a aussi des salades, hein?.....
Et un distributeur d'eau fraîche gratuit....même pour remplir sa bouteille venue de France....

Pour rester dans la gastronomie....


J'avais réservé au Fifteen, 1er restaurant ouvert par Jamie Oliver. Je ne pense pas qu'il y vienne encore souvent, mais j'avais envie depuis longtemps d'y aller.
Et c'était une bonne idée: l'accueil est parfait et le contenu des assiettes à la hauteur de leur réputation.
Nous avons choisi la facilité en prenant le menu végétarien justement proposé cette semaine là. Excellent, même si, à notre goût, le plat manquait un peu de pep's.....
Mais le dessert!....


La lumière ne lui rend peut-être pas vraiment hommage, mais la betterave caramélisée était une vraie découverte!

Le dernier jour, nous sommes quand même partis dans des coins moins verts....


Mais fleuris!...

La City, avec ici St Paul. 
Si vous voulez en avoir une vue imprenable....gratuite....montez (en ascenseur) tout en haut du centre commercial qui est derrière.....One new change.....
Et si vous voulez manger dans un cadre inhabituel, rendez vous pas très loins, au Café Below, dans la crypte de l'église St Mary le Bow. Un peu bruyant si vous tombez en même temps qu'un groupe, mais où l'accueil est charmant et le contenu des assiettes parfait. Je garde encore un souvenir ému de mon crumble aux pommes tiède, avec sa custard.....

Pas très loin de là, de l'autre côté de la Tamise....


Borough market, qu'on ne présente plus aux amateurs de street food et de denrées bien présentées. C'est le plus médiatique, mais il y en a d'autres dont nous gardons le projet de visite pour notre prochain voyage!....
2 heures avant de prendre le train, nous y sommes juste passés en vitesse. En principe il était fermé (lundi après midi, bank holiday) mais bien des stands étaient ouverts....

j'en ai profité pour acheter un souvenir....



Ne sont elles pas mignonnes ces petites asperges?.....elles n'ont pas trop souffert de leur transport en Eurostar dans mon sac de voyage et le lendemain....


Je me suis inspirée d'une recette du dernier Régal.

Tomates et asperges rôties au four:

  • Une botte d'asperge vertes
  • 250g de tomates cerises
  • huile d'olive
  • mélange Dukkah
Couper la base des asperges, les éplucher et les plonger 2 minutes dans de l'eau frémissante. 

Bien les égoutter et les étaler dans un plat.

Ajouter les tomates, saupoudrer de mélange d'épices et arroser d'huile d'olive.

Cuire 20 minutes au four préchauffé à 200°.

Je sais qu'il existe une querelle entre les partisans du passage préalable à l'eau et même de l'épluchage, mais j'ai décidé de croire le magazine.

De toute façon, rien n'était perdu car j'ai mis aussi dans l'eau les petits morceaux plus durs que j'avais retirés et en ai profité, une fois les asperges retirées, pour faire un excellent bouillon parfumé qui m'a servi pour cuire le risotto qui accompagnait les légumes. C'est une bonne idée que j'ai empruntée à Ciorane, de La cuisine de quat'sous.


En même temps que les asperges, j'ai mis dans le four des dos de cabillaud surgelés, juste avec de l'huile d'olive et du sel.....et on a eu un plat complet.

Quant au mélange d'épices, il contient entre autres, de la coriandre, du cumin et des noisettes. Je l'ai acheté au magasin Les Epicentriques, près du marché de Wazemmes. C'est une recette orientale, préparée sur place.
Ce magasin est d'ailleurs une mine de bonnes choses!

Voilà, ce long billet est quand même terminé.....j'espère vous avoir donné envie d'aller faire un tour chez sa Majesté...


mardi 22 mai 2018

Retour 1O ans....et même 50 ans en arrière....mais toujours des fraises en mai!

Je m'étais dit que je pourrais profiter de ce mois de mai pour, comme il y a 10 ans, vous raconter un peu mon mai 68 à moi....mais il n'y a pas que les années qui passent, les jours aussi. Si ça continue, on sera déjà en juin et ça ne vaudra plus la peine....

Alors, je vais jouer les paresseuses et vous faire un copier-coller de mon article du 1er mai 2008....

Comme j'ai quand même un peu de fierté, je vais commencer par un petit dessert aux fraises vite fait mais assez regardable pour illustrer mon propos car vous verrez à la fin qu'il y a 10 ans, je soignais un peu moins la mise en scène....



C'est une mousse à la ricotta et aux fraises, très inspirée du blog Un déjeuner de soleil!. N'hésitez pas à cliquer pour aller voir la recette d'origine, encore plus gourmande avec des amaretti et une ricotta de buffala que je n'avais pas en réserve ce jour là....

Ma recette:

  • 200g de ricotta
  • 120g de fraises lavées et équeutées
  • 30g de miel d'acacia
  • le zeste d'un citron jaune non traité
  • 250g de fraises pour la garniture
Passer au mixer la ricotta avec le miel et les fraises coupées en 2. Ajouter le zeste très fin du citron.

Garnir 4 verres, couvrir d'un film et garder au froid environ 2 heures, jusqu'au moment de servir. Il n'y aura alors qu'à répartir des fraises coupées en morceaux par dessus.

Et maintenant: un peu d'histoire....enfin, de petite histoire!




On est en mai et depuis un moment, on n' entend parler que de mai 68.....quelle surprise!......

Alors, moi aussi j' y étais!.......




Non, ne croyez pas à un scoop!....ce n' est pas moi, mais j' aime bien cette photo!.....

En fait, en mai 68, j' allais sur mes 15 ans.....c' était ma 1ère année de lycée, j' étais en seconde donc....et c' était une grande première pour moi: le lycée était mixte depuis environ 2 ans en se regroupant avec le collège de jeunes filles où j' allais........je côtoyais d' autres garçons que mon frère et mes cousins!......

C ' était un collège privé en province, donc les événements ont pris un peu de retard, mais on a fini par être en grève.....je ne sais plus trop si les profs ou les élèves étaient à l' origine de celle ci...

Je me souviens qu' on travaillait encore mais que ceux du lycée public étaient venus crier sous nos fenêtres et que le directeur (pardon, le supérieur...) avait fait fermer les grilles et nous avait interdit de sortir.....mais quelques jours plus tard, on a fini par être dehors aussi!.....

Et il a fait très beau en mai....comme on était dans une ville côtière, c' est la plage qui accueillait les manifs auxquelles j' ai participé.........(sans devoir retirer de pavés....). J' avoue qu' elles s' appelaient plutôt volley sur le sable ou coca en terrasse......

J 'étais l' heureuse propriétaire depuis quelques mois (mes 14 ans) d'un cyclomoteur Cady qui me donnait un peu d' autonomie dans mes transports....




Bel engin non?..le mien était bordeaux......

A l' époque on habitait à environ 12 km de Dunkerque et il me permettait de partir plus tard si je n' avais pas cours à 8 h....pas besoin de me faire conduire par Papa partant travailler ou d' attendre un bus s' arrêtant dans tous les villages.

Mais l' essence a fini par manquer en 68.......et c' est ainsi que, méconnaissant l' état exact de mon réservoir, j' ai fait une dizaine de km à pieds en poussant ma jolie machine!.....c' est quelquefois difficile l' apprentissage de l' indépendance!....

Mais on est en 2008, j' ai une famille à nourrir et mon indépendance actuelle ne m' empêche pas de leur faire des desserts de saison: ce midi, tarte aux fraises




Mais attention, j' ai tout fait moi même...pas de pâte Herta!......

La recette:
  • la pâte: faite au Magimix avec 250 g de farine, 125 g de beurre, 75 g de sucre, 50 g de brésilienne, 1 oeuf: la brésilienne pour donner un petit goût de noisette
  • la crème pâtissière: faite avec 1/2 l de lait, 40 g de Maïzéna, 75 g de sucre et 2 jaunes d'oeuf
  • 500 g de fraises
Je ne vous ferai pas l' affront de vous donner la recette d' une crème pâtissière......

J' ai cuit la pâte environ 20 minutes, y ai étalé la crème, puis disposé les fraises coupées.....



Joli n' est ce pas?.......

Le seul problème, c' est que, voulant faire tout moi même, j' ai étalé la pâte dans mon plat beurré et fariné, sans papier cuisson, pour qu' on ne confonde pas avec une pâte du commerce......

Du coup, le démoulage a été un peu laborieux........

On a donc dégusté une tarte délicieuse, mais un peu....disons......déstructurée.........



En fait, j' aurais du tout présenter dans des verres et on aurait dit que c' était des verrines....non?.....