mardi 26 juillet 2016

Un plat au rythme du sud...

Nous voilà revenus dans le Nord, après quelques temps de repos méditerranéen.

C'est fou comme en vacances on prend vite un rythme plus lent....enfin, c'est mon cas!

Alors la cuisine est assez simplifiée, mais on a quand même envie de manger des produits locaux, et même de faire mijoter des petits plats. 

Quand j'ai vu que Sacha, dans son journal gourmand proposait une recette de courgettes orientales qui cuisent tranquillement toutes seules pendant qu'on lit, tricote ou qu'on fait toute autre activité relaxante....



Courgettes à l'orientale:

  • 4 courgettes moyennes
  • 5 pommes de terre moyennes
  • 3 ou 4 grosses tomates (500 à 600g)
  • 2 c à s d'huile d'olive
  • gousses d'ail (à votre goût)
  • persil (et cerfeuil)
  • sel, poivre
Eplucher les pommes de terre, laver les courgettes, les sécher et les couper en fines rondelles. Couper les tomates en morceaux.
Ecraser l'ail et le hacher grossièrement. Ciseler le persil (et le cerfeuil)

Dans une cocotte, mettre l'huile d'olive dans le fond et la moitié des courgettes. Saupoudrer d'herbes, ail, sel et poivre.

Alterner ensuite pommes de terre, courgettes, le reste des pommes de terre puis les tomates, avec des herbes, ail sel et poivre entre chaque couche.

Couvrir, mettre sur feu doux pendant environ 1 heure.



Vous voyez là le résultat, au repas du soir....nous l'avons mangé chaud (avec du magret de canard poêlé) mais Sacha dit que c'est également bon froid.

Le seul travail a été de préparer les légumes:



Mais installée sur la terrasse ça n'a pas été une épreuve trop difficile....c'est encore Mr D qui a eu les plus de boulot avec la vaisselle!

lundi 18 juillet 2016

Une bricole pour reprendre le cours de l'été

En vacances dans le sud, on se sent loin de tous les soucis du quotidien, on se dit que le soleil et la mer vont avoir raison de la grisaille ambiante....

Et puis on apprend à la radio un matin que certains ont vu leurs vacances ou leur week end au sud, après le feu d'artifice, se transformer en cauchemar.....par la faute d'un illuminé qui n'a sans doute pas compris que la vie valait mieux que toutes les idéologies....

On y pense toujours, forcément, mais on se dit que le soleil et la mer sont toujours là....qu'il y a ici bas des choses belles et bonnes, et qu'il faut en profiter et en faire profiter les autres, sans chercher à les obliger à penser comme nous....

Les abricots....c'est beau, ça peut être très bon et on peut aimer beaucoup ça....ou pas....

On peut les manger tout crus quand ils sont mûrs à point, on ne peut même pas dire les croquer car alors ils fondent dans la bouche délicieusement...

Ou alors, on peut se laisser avoir par leur belle couleur et les acheter sans avoir pu les toucher...pour se rendre compte après coup qu'ils sont durs et le resteront....

Mais il y a une solution!



Abricots poêlés au miel et au romarin:

  • Quelques abricots
  • un peu de beurre et d'huile d'olive
  • un peu de miel
  • 1 ou 2 branches de romarin
Couper les abricots en 2 et les dénoyauter.

Mettre un peu de beurre et d'huile dans une poêle, quand c'est chaud ajouter les abricots, un peu (ou beaucoup) de miel et le romarin et laisser cuire quelques minutes en les retournant de temps en temps.




Et on déguste à température ambiante....ou bien froid, comme on veut.....seul ou avec un peu de glace et des biscuits....comme on aime.....et on se dit que la vie est belle et que la terre nous apporte quand même plein de bonnes choses qu'il serait idiot de saboter....

Et si on n'aime pas les abricots....il reste plein d'autres fruits.....

lundi 11 juillet 2016

Possesseurs de framboisiers....heureux vous êtes!

Si vous suivez un peu ce blog, vous devez déjà savoir que je suis atteinte d'une sévère addiction aux fraises. 

Mais je ne m'en inquiète pas: Mamina et Dr Chocolatine sont aussi atteintes de cette fraisite et s'en sortent très bien!

Mais il y a d'autres fruits rouges pour lesquels je ferais facilement des folies: les framboises. Malheureusement, je n'en ai pas dans le jardin, fort petit, et je me ruinerais facilement en barquettes de cet objet de convoitise.....en avaler une (ou deux) à moi toute seule toute seule ne me fait pas du tout peur, et c'est le seul ingrédient pour lequel je fais de grosses entorses à la règle que j'ai essayé de me fixer: manger des fruits et légumes de saison, et le plus locaux possibles....

Mais on a tous ses faiblesses!

Pour me faire pardonner, je vous propose une petite recette associant mes 2 objets de désir à une plante que j'ai à profusion dans le jardin: la verveine.....ça fera une moyenne question distance de production, non?




Panacotta à la ricotta, verveine, fraises et framboises:


  • 40cl de crème liquide
  • 250g de ricotta
  • 125g de chocolat blanc
  • 2 feuilles de gélatine
  • 2 belles branches de verveine
  • Fraises, framboises ( pour la quantité:ça c'est vous qui voyez....)
  • Sirop verveine: même poids d’eau et de sucre et 2 belles branches de verveine


Faire frémir la crème, y mettre la verveine et laisser infuser jusqu'à ce que le mélange soit presque froid. Retirer la verveine et faire à nouveau chauffer la crème.

Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide.

Verser en 3 fois le chocolat blanc dans la crème en mélangeant bien à chaque fois. Ajouter la gélatine essorée et mélanger à nouveau. 
Verser dans un saladier froid et ajouter la ricotta en plusieurs fois. Bien mélanger puis fouetter un peu pour alléger le mélange.

Repartir dans 6 verres.

Laisser au froid au moins 2 heures.

Dans une casserole, amener à ébullition de l’eau et le même poids de sucre. Cuire jusqu’à consistance d’un sirop et ajouter la verveine. Laisser infuser puis retirer la verveine.

Couper les fraises en morceaux. Les mélanger avec les framboises et le sirop refroidi et laisser au moins 1 heure au froid.


Au moment de servir, répartir les fruits sur les panacottas 




Et voilà!

Et les abricots, vous en pensez quoi?.......parce que moi, pour tout vous avouer.....


mardi 5 juillet 2016

Foot, bière et grignotage....

D'accord, je suis loin d'être accro au foot, mais je me suis surprise moi même en regardant dimanche un match en entier. Si, si....en entier, pas en zappant pour venir voir de temps en temps où ça en était.

Est ce parce que notre bonne ville de Lille a accueilli quelques matchs ces dernière semaines? ou suis je en train de devenir supporter?

Non, j'en suis bien loin encore! Mais j'avoue que cette ambiance laisse quelques traces. Bon, on oublie bien vite les débordements des anglais et des russes. Mais les irlandais puis les belges ont su donner à la ville un air festif et joyeux, malgré la météo assez pourrie....


Ils ne manquaient pas d'enthousiasme!

Bon, personnellement je préfère boire la bière qu'en arroser la ville, et je ne commence pas dès le matin à m'en abreuver. Et c'est vrai que traverser la Place de la gare en ayant les semelles qui collent au sol (c'est sucré la bière...) et en shootant dans des gobelets n'est pas mon passe temps favori. Mais bon, les services de nettoyage ont été très efficaces et je ne pense pas qu'il y ait eu de dégradation.

Pour participer à ma manière, je vous propose une petite recette qui peut se préparer rapidement dans l'après midi précédant le match, se déguster en regardant la télé et s'arroser d'un demi bien frais:



Un feuilleté au jambon, moutarde et cheddar.

C'est sur le net que j'ai vu plusieurs exemples de ce feuilletage et pour ma part, j'ai pris mon inspiration chez Cooking Julia:

La recette:


  • 1 pâte feuilletée ronde
  • 1 belle c à s de moutarde à l'ancienne
  • 3 tranches de jambon
  • 1 beau morceau de cheddar
  • Un peu de lait 
Couper le jambon en morceaux. Râper le cheddar.

Mettre la pâte sur une plaque recouverte d'un papier cuisson, et faire des entailles de chaque côté, en laissant le centre intact:



Tartiner le centre de moutarde.

Mettre les morceaux de jambon par dessus, puis le fromage râpé.

Rabattre les bandes de pâte en les croisant, en essayant de laisser le moins de jour possible entre elles.

Badigeonner d'un peu de lait au pinceau.

Cuire environ 30 minutes au four à 200°.

Vous pouvez tout préparer à l'avance et cuire juste avant le match pour avoir des morceaux encore chauds: le fromage coule un peu mais c'est meilleur.

Si vous avez dans l'assistance des inconditionnels de la pizza, soit vous les laisser commander la leur, soit, si vous êtes très gentil, vous pouvez remplacer la farce au jambon par quelque chose de tomaté qui leur rappellera leur plat favori!

lundi 27 juin 2016

Restons quand même bons amis!

Il semblerait donc qu'une majorité de nos amis britanniques soient décidés à ce que leur île ne soit plus reliée à l'Europe que par la mer, et un tunnel accessoirement.

Comme je ne suis ni analyste politique ni expert en économie, je me garderai bien de tirer des conclusions savantes.

Je sais juste que, même si je dois obtenir un visa, je continuerai à aller leur rendre visite et que nos échanges commerciaux, scones et thé d'un côté, contre vin rouge et camembert de l'autre ne pourront pas disparaitre. Sans parler de la bière dont certains supporters de foot ont fait une ample consommation à Lille il y a peu, c'est qu'ils la trouvent bonne notre french beer, non? La belge aussi d'ailleurs.

Alors je vous propose une petite merveille de gourmandise, trouvée chez Becky et Liz, blog de cuisine anglaise, des Chelsea buns:



Sur le blog, vous aurez même leur histoire, et les variantes possibles. 

La recette:

Pour la pâte:

  • 500g de farine T65
  • 1 c à c de sel
  • 15g de sucre en poudre
  • 7g de levure boulangère sèche
  • 300ml de lait
  • 1 oeuf
  • 40g de beurre
Pour le "filling"
  • 25g de beurre ramolli
  • zeste d'une orange non traitée
  • 75g de vergeoise brune
  • 2 c à c de cannelle en poudre
  • 150g de raisins secs
  • 150g d'abricots secs, coupés en petits morceaux
Pour le "topping":
  • marmelade d'orange
(sur la recette d'origine, il y a un glaçage: allez voir.....)

Dans le bol du robot, mélanger la farine, le sucre et le sel.

Faire un puits au centre et y mettre la levure.

Chauffer doucement le lait et le beurre jusqu'à ce que celui ci fonde, puis verser dans le bol, ainsi qu'un oeuf légèrement battu. Mélanger jusqu'à obtenir une pâte homogène.

Pétrir ensuite 5 à 10 minutes jusqu'à ce que la pâte soit élastique.

Couvrir et laisser gonfler environ 1 heure dans un endroit tiède.

La reprendre alors sur un plan fariné, puis la dégazer et l'étaler en un rectangle d'environ 30cm sur 20cm.

Le badigeonner de beurre sur toute la surface, puis ajouter les zestes d'orange, la vergeoise, la cannelle et les fruits secs.

Rouler doucement la pâte sur elle même dans le sens de la longueur, puis trancher le rouleau en 10 à 12 morceaux égaux.

Répartir ceux ci sur une plaque ou un grand moule tapissé de papier cuisson, en les espaçant d'un cm. Couvrir d'un torchon et laisser gonfler 1 heure.

Cuire à four préchauffé à 190° pendant 20 à 25 minutes.

A la sortie du four, délayer de la marmelade d'orange avec un tout petit peu d'eau et en badigeonner au pinceau la surface des buns. Laisser refroidir.

 

Très sales à manger, mais délicieux! On les sépare à la main, en essayant de ne pas trop attraper de morceau de celui d'à côté, du moins en espérant que ce ne soit pas trop visible, et on mord dedans entre 2 gorgées d'un thé au lait sucré, d'une marque admise à la table de Sa Majesté.....

Si on les déguste chez une old lady, on s'essuiera ensuite discrètement les doigts dans une serviette brodée, et si on est chez soi, on a le droit de les lécher....