mardi 22 mai 2018

Retour 1O ans....et même 50 ans en arrière....mais toujours des fraises en mai!

Je m'étais dit que je pourrais profiter de ce mois de mai pour, comme il y a 10 ans, vous raconter un peu mon mai 68 à moi....mais il n'y a pas que les années qui passent, les jours aussi. Si ça continue, on sera déjà en juin et ça ne vaudra plus la peine....

Alors, je vais jouer les paresseuses et vous faire un copier-coller de mon article du 1er mai 2008....

Comme j'ai quand même un peu de fierté, je vais commencer par un petit dessert aux fraises vite fait mais assez regardable pour illustrer mon propos car vous verrez à la fin qu'il y a 10 ans, je soignais un peu moins la mise en scène....



C'est une mousse à la ricotta et aux fraises, très inspirée du blog Un déjeuner de soleil!. N'hésitez pas à cliquer pour aller voir la recette d'origine, encore plus gourmande avec des amaretti et une ricotta de buffala que je n'avais pas en réserve ce jour là....

Ma recette:

  • 200g de ricotta
  • 120g de fraises lavées et équeutées
  • 30g de miel d'acacia
  • le zeste d'un citron jaune non traité
  • 250g de fraises pour la garniture
Passer au mixer la ricotta avec le miel et les fraises coupées en 2. Ajouter le zeste très fin du citron.

Garnir 4 verres, couvrir d'un film et garder au froid environ 2 heures, jusqu'au moment de servir. Il n'y aura alors qu'à répartir des fraises coupées en morceaux par dessus.

Et maintenant: un peu d'histoire....enfin, de petite histoire!




On est en mai et depuis un moment, on n' entend parler que de mai 68.....quelle surprise!......

Alors, moi aussi j' y étais!.......




Non, ne croyez pas à un scoop!....ce n' est pas moi, mais j' aime bien cette photo!.....

En fait, en mai 68, j' allais sur mes 15 ans.....c' était ma 1ère année de lycée, j' étais en seconde donc....et c' était une grande première pour moi: le lycée était mixte depuis environ 2 ans en se regroupant avec le collège de jeunes filles où j' allais........je côtoyais d' autres garçons que mon frère et mes cousins!......

C ' était un collège privé en province, donc les événements ont pris un peu de retard, mais on a fini par être en grève.....je ne sais plus trop si les profs ou les élèves étaient à l' origine de celle ci...

Je me souviens qu' on travaillait encore mais que ceux du lycée public étaient venus crier sous nos fenêtres et que le directeur (pardon, le supérieur...) avait fait fermer les grilles et nous avait interdit de sortir.....mais quelques jours plus tard, on a fini par être dehors aussi!.....

Et il a fait très beau en mai....comme on était dans une ville côtière, c' est la plage qui accueillait les manifs auxquelles j' ai participé.........(sans devoir retirer de pavés....). J' avoue qu' elles s' appelaient plutôt volley sur le sable ou coca en terrasse......

J 'étais l' heureuse propriétaire depuis quelques mois (mes 14 ans) d'un cyclomoteur Cady qui me donnait un peu d' autonomie dans mes transports....




Bel engin non?..le mien était bordeaux......

A l' époque on habitait à environ 12 km de Dunkerque et il me permettait de partir plus tard si je n' avais pas cours à 8 h....pas besoin de me faire conduire par Papa partant travailler ou d' attendre un bus s' arrêtant dans tous les villages.

Mais l' essence a fini par manquer en 68.......et c' est ainsi que, méconnaissant l' état exact de mon réservoir, j' ai fait une dizaine de km à pieds en poussant ma jolie machine!.....c' est quelquefois difficile l' apprentissage de l' indépendance!....

Mais on est en 2008, j' ai une famille à nourrir et mon indépendance actuelle ne m' empêche pas de leur faire des desserts de saison: ce midi, tarte aux fraises




Mais attention, j' ai tout fait moi même...pas de pâte Herta!......

La recette:
  • la pâte: faite au Magimix avec 250 g de farine, 125 g de beurre, 75 g de sucre, 50 g de brésilienne, 1 oeuf: la brésilienne pour donner un petit goût de noisette
  • la crème pâtissière: faite avec 1/2 l de lait, 40 g de Maïzéna, 75 g de sucre et 2 jaunes d'oeuf
  • 500 g de fraises
Je ne vous ferai pas l' affront de vous donner la recette d' une crème pâtissière......

J' ai cuit la pâte environ 20 minutes, y ai étalé la crème, puis disposé les fraises coupées.....



Joli n' est ce pas?.......

Le seul problème, c' est que, voulant faire tout moi même, j' ai étalé la pâte dans mon plat beurré et fariné, sans papier cuisson, pour qu' on ne confonde pas avec une pâte du commerce......

Du coup, le démoulage a été un peu laborieux........

On a donc dégusté une tarte délicieuse, mais un peu....disons......déstructurée.........



En fait, j' aurais du tout présenter dans des verres et on aurait dit que c' était des verrines....non?.....

lundi 14 mai 2018

C'est pas parce que les fraises arrivent qu'il faut oublier les oranges!

Tous les ans, c'est la même histoire: quand je vois arriver les fraises sur les étals, j'ai beaucoup de mal à ne pas me jeter dessus...

C'est grave Docteur?

Avec les années, j'arrive à me réfréner un peu et, si je n'attends pas encore les fraises locales (Eh oui, dans le Nord, on n'est pas toujours gâtés...) je n'achète que des fraises françaises, pas par chauvinisme (enfin, pas seulement...) mais parce qu'elles me semblent moins "forcées"....je me fais peut-être des idées...

Tout ça pour vous dire que j'aime beaucoup les fraises mais qu'il faut bien manger d'autres fruits et qu'on trouve de bonnes oranges....


Elles ne sont pas françaises, je sais....et les dattes non plus...mais le safran du sirop l'est! et de ma région en plus! C'est du Safran de Lille.

Salade d'oranges et dattes aux épices:

  • 4 oranges, plus le jus d'une
  • 6 grosses dattes fraîches
  • 2 c à s de miel d'acacia
  • qq filaments de safran
  • les graines d'une gousse de cardamone
  • 1/é c à c de cannelle en poudre
  •  les graines d'une gousse de vanille
  • 1 pincée de poivre voatsiperifery de Madagascar fraîchement moulu
La veille, préparer le sirop: faire un peu chauffer le jus d'une orange. Ajouter le miel et les épices et laisser infuser toute la nuit.

Environ 2 heures avant de servir, peler les oranges à vif et détacher les suprêmes. Récupérer le jus et le mélanger au sirop. 

Couper les dattes dénoyautées en morceaux.

Répartir tout ça joliment sur une grande assiette et arroser du jus.


Dans la recette, j'ai un peu réduit les quantités de cardamone et poivre par rapport à ce que j'avais utilisé, car MrD a trouvé que j'avais eu la main assez lourde. Moi, ça me plaisait comme ça, mais il vaut peut être mieux commencer léger et augmenter un peu les épices si vous aimez.

Et avec ça, j'ai servi un autre dessert, aux saveurs un peu orientales, dont je vous parlerai plus tard.

Mes vacances en Belgique n'ont peut être pas assouvi mon besoin de soleil.....pourtant il était bien présent!

lundi 7 mai 2018

Quand les asperges prennent la place des moules....

Une tradition familiale voulait que les passages de frontière vers la Belgique soient rapidement suivis de la consommation de moules frites, de bière, de glaces ou/et de gaufres et de promenade digestive en bord de mer.....enfin, je vous parle d’un temps déjà assez lointain....

Nous nous limitons maintenant à la bière et aux frites le plus souvent...

Mais hier, quand la patronne du restaurant où nous avons maintenant nos petites habitudes nous a annoncé qu’il n’y avait pas de moules au menu.....nous avons été pris l’espace d’un instant d’une certaine déception.

Elle avait pourtant raison: son menu du jour comportait plusieurs plats à base d’asperges, autre spécialité locale.....si, si....et comme elle l’a dit, la saison des asperges est courte alors que celle des moules est infinie (les mois en R....c’est fini....)

Alors j’ai commandé.....des croquettes de crevettes....parce que quand même....faut pas rigoler avec les traditions!

Et puis des asperges, on en avait mangé récemment à la maison. Et même qu’elles étaient très bonnes, que je les avais cuisinées différemment de mon habitude et que je vais vous expliquer comment j’ai fait.


Elles étaient vertes, et non pas blanches comme celles du restaurant (fort bonnes au demeurant selon MrD....)

Pour une fois, j'ai dérogé à mon habitude d'asperges à la flamande pour leur donner un petit côté méditerranéen. Et comme je suis moins à l'aise avec les asperges vertes, et encore plus pour les poêler, je me suis inspirée de plein de recettes trouvées ça et là.

J'ai préféré les blanchir brièvement, mais je pense que ce n'est pas du tout obligatoire.

Asperges poêlées, féta et sauce citronnée:

  • Une botte d'asperges vertes
  • un beau morceau de féta
  • huile d'olive
  • quelques filaments de safran
  • un petit morceau de citron confit au sel
  • un citron
  • sel, poivre
Préparer d'abord la sauce, que le safran ait le temps d'infuser et les goûts bien se mélanger.

Dans un petit bol, mélanger de l'huile d'olive, le zeste du citron finement râpé et le petit morceau de citron confit haché finement et un peu de sel. Ajouter du jus du citron, en quantité selon votre goût (on aime plus ou moins l'acidité!) et le safran.

Mettre les asperges 2 minutes dans de l'eau bouillante salée et les rafraichir sous l'eau froide. Bien les égoutter.

Chauffer un peu d'huile dans une grande poêle et y faire cuire les asperges en les retournant plusieurs fois délicatement. La cuisson ne dure que quelques minutes, il vaut mieux tester souvent après les 5 premières: un couteau doit s'enfoncer facilement dans la tige.

Couper la féta en petits morceaux.

Servir les asperges, recouvertes de morceaux de féta, d'un peu de sauce et de poivre fraîchement moulu.

Vous m'en direz des nouvelles!



jeudi 26 avril 2018

Flan bouillu, flan pas foutu....

Peut être que ça vous semblera dater du moyen âge, mais il fut un temps où il n'y avait pas de machines à dosettes pour faire le café.....ni de simple cafetière électrique d'ailleurs.

On préparait le café dans une cafetière, en versant dessus de l'eau qu'on avait fait bouillir....si, si!

Et même, on en préparait une bonne quantité le matin et, selon les lieux et les époques, il attendait toute la journée sur le coin du poêle, ou on en réchauffait quand quelqu'un en voulait une tasse. 

Et c'est là qu'il fallait faire attention, car: café bouillu, café foutu!

Vous avez déjà gouté au café réchauffé un peu trop energiquement? Moi souvent, et c'est vrai que son amertume est alors assez forte.....ça passe avec 3 sucres, mais bon...

Et si je vous raconte ça, c'est parce que cet adage m'est revenu à l'esprit en préparant le flan géant au mascarpone qui m'avait alléchée chez La Médecine passe par la Cuisine. Enfin, c'est plus une crème caramel qu'un flan d'ailleurs.
Elle même s'était inspirée d'une recette de Carole, Alter Gusto, mais sa présentation en "grand format" me convenait mieux ce jour là.



Votre oeil averti aura remarqué que le plat porte une inscription un peu hors sujet....mais, toujours prudente, j'avais pris un plat un peu profond pour le démoulage et c'est celui là qui convenait le mieux....

Mais pourquoi cette histoire de bouillu?

On m'a toujours dit qu'une crème au four ne devait pas bouillir, sinon elle risquait de se "démêler"....de finir en un machin un peu informe, quoi....

C'est je crois la raison du bain marie, mais les fours à chaleur tournante peuvent en principe permettre de s'en passer. La notice de mon four conseillait alors une cuisson à 120°, et j'ai commencé comme ça. Mais après le temps prévu dans la recette, la crème me semblait encore un peu trop liquide et j'ai vérifié: il était indiqué 150°.....alors j'ai tourné le bouton du thermostat et suis partie faire autre chose.
Et ça cuisait à gros bouillons dans le four quand je suis revenue!

Vous verrez sur la dernière photo les bulles qui sont restées sur le côté, et j'ai du refaire un caramel pour la présentation, mais ça n'a en rien gâté le goût du dessert.

La recette:

  • 750ml de lait demi écrémé (ou entier)
  • 4 oeufs
  • 180g de mascarpone 
  • 100g de sucre blond
  • 1 gousse de vanille
  • 3 c à s de sucre en poudre et 3 c à s d'eau pour le caramel
Dans un moule à cake en silicone ou en verre, mettre le sucre et l'eau et, par tranches de 30 secondes, cuire au micro ondes pour obtenir un caramel. Il faut 4 à 5 minutes.
Si on a un moule métallique, faire le caramel à la casserole et le verser dans le moule.
Réserver au froid.

Faire frémir le lait. Y ajouter les graines de vanille et la gousse et laisser infuser au moins 15 minutes.

Battre les oeufs avec le sucre, ajouter le mascarpone préalablement détendu à la fourchette et bien mélanger. Verser doucement le lait tiède en fouettant bien.

Verser dans le moule et cuire à 120° (150°?....voyez selon votre four) pendant 1h30 à 2h.

Laisser quelques heures au froid avant de servir.


Mes quantités d'ingrédients étaient différents de ceux de la recette d'origine. Mais il ne me restait pas un pot entier de mascarpone, alors j'ai fait quelques règles de 3 pour adapter...

Pour servir, comme le caramel me semblait un peu maigrelet, j'en ai refabriqué au micro ondes, et versé par dessus après démoulage. Mais méfiez vous, le caramel tiède sur une crème froide, ça fige vite.....

vendredi 20 avril 2018

Légumes de fin de saison pour un concours

Dans les débuts du blog, je participais à pas mal de concours sympathiques où il n'y avait pas grand chose à gagner, sauf le plaisir de participer.

Enfin si, une fois j'ai gagné....c'était en 2009 et c'était le concours de la photo la plus moche.....

Sinon, seuls les plus anciens blogueurs se souviennent peut être du Muffin Monday, ou du KKVKVK.....

Ils existent peut être encore quelque part, mais j'avoue avoir perdu le fil.....

Il y a encore des concours que je vois passer et auxquels je me dis que je participerai....et puis le temps passe je ne sais pas trop comment et la date limite est largement dépassée quand je m'en souviens.

Cette fois pourtant, je crois être encore dans les temps....


Le thème en est: les tartes salées ou sucrées. Comme j'en fais quasiment toutes les semaines, surtout salées, ça ne devait pas me poser de problème!

Celle ci est aux endives. C'est un peu la fin de leur saison mais en attendant les vrais légumes d'été c'est une bonne solution si je veux cuisiner local.

La pâte est locale aussi, celle de la flamiche, une pâte briochée vite faite qui va avec tout....

Le fromage qui garnit le tout est du St Agur.....pourquoi?....parce que j'en avais dans le frigo....il ne faut pas toujours chercher des explications compliquées au pourquoi du comment....ceci pour dire que si vous avez un autre fromage sous la main, n'hésitez pas!

La recette:

  • 150g de farine
  • 1 oeuf
  • 1/2 sachet de levure sèche de boulanger
  • 15cl de lait
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de sucre
  • 40g d'huile d'olive
  • 1kg d'endives
  • une c à s de vergeoise
  • 1 à 2 c à s de vinaigre de cidre
  • sel, poivre
  • huile d'olive et une noisette de beurre (clarifié si vous avez)
  • 150g de St Agur
Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre et le sel.

Faire un puits et y ajouter l'oeuf et le lait, mélanger puis ajouter l'huile. Mélanger jusqu'à obtenir une pâte homogène. Elle est très souple mais c'est normal.

La verser dans un plat à tarte beurrée et farinée. Couvrir et laisser lever au moins une heure.

Nettoyer les endives, les couper dans la longueur et les faire revenir dans une poêle, à feu assez vif, avec de l'huile et du beurre.

Saupoudrer de vergeoise et d'une c à s de vinaigre, saler et cuire encore, à feu plus doux. Les endives doivent compoter. On peut rajouter du vinaigre en cours de cuisson si elles vous semblent trop fades. 
Poivrer.

Répartir les endives sur la pâte, puis le fromage coupé en morceaux et cuire au four à 190°-200° pendant 25 à 30 minutes.


Mais je m'aperçois que je ne vous ai pas mentionné le concours!



Allez voir!.....au cas où je ne me suis pas encore trompée sur la date, vous pourrez participer ou trouver des idées.